Mercredi 8 décembre 2021

La Berlinale honore Naoum Kleiman, l’ancien directeur du Musée du cinéma de Moscou, limogé en juillet dernier

Par Isabelle Spicer (Correspondante à Berlin) · lejournaldesarts.fr

Le 17 février 2015 - 1142 mots

BERLIN (ALLEMAGNE) [17.02.15] - Naoum Kleiman a dédié sa récompense au musée, dont le destin mouvementé suit l’évolution politique et culturelle de la Russie. A 77 ans, il tente une dernière initiative pour sauver une partie du musée.

Naoum Kleiman reçoit la "caméra de la Berlinale" au festival du film de Berlin le 12 février 2015
Naoum Kleiman reçoit la "caméra de la Berlinale" au festival du film de Berlin le 12 février 2015
Photo Isabelle Spicer pour LeJournaldesArts.fr

Le festival du film de Berlin, la Berlinale, a remis le 12 février une distinction honorifique, la « caméra de la Berlinale » à Naoum Kleiman. Historien du cinéma, ancien responsable des archives Eisenstein, Naoum Kleiman a fondé puis dirigé pendant 25 ans le Musée du cinéma de Moscou, avant d’être limogé en juillet dernier. A cette date, il a été nommé président d’honneur du musée, un titre sans aucun pouvoir décisionnaire. Le ministère de la Culture l’a remplacé par Larissa Solonitsyna, rédactrice en chef du magazine de l’Union des cinéastes russes, dirigée par Nikita Mikhalkov. Ce dernier, très connu à l’étranger, proche du pouvoir, est contesté parmi ses pairs pour ses méthodes autoritaires.

Devant la résistance du personnel du musée face aux orientations de la nouvelle directrice, une partie de l’équipe de Kleiman a été licenciée, et le reste du personnel du musée a démissionné collectivement en octobre. Une lettre ouverte dénonçait « l’incompétence », « les méthodes de gestion autoritaires », et le « manque de transparence » de la nouvelle directrice. Finalement, en novembre, Naoum Kleiman démissionne de son poste de président. Il convainc par ailleurs les autres démissionnaires de reprendre le travail, afin de sauver le musée.

La destinée du Musée du cinéma, intrinsèquement liée à Naoum Kleiman, est loin d’être un long fleuve tranquille, nous explique Maxime Pavlov. Ancien directeur adjoint du musée, Pavlov a lui-même été limogé en octobre dernier. Lyrique, citant Gogol, il déclare : « Notre musée est un miroir de l’histoire du pays depuis vingt-cinq ans ». Le destin mouvementé du Musée du cinéma de Moscou résonne comme un écho à l’évolution politique et culturelle de la Russie. « Le musée a été créé en 1989 par Naoum Kleiman, au moment de la Pérestroïka. Le musée était un enfant de la période Gorbatchev », précise Maxime Pavlov. Le musée a prospéré lors des années de libéralisme politique et économique des années 1990. Hormis les archives Eisenstein, « lorsque le musée a été lancé, nous n’avions pas de collection. C’est au cours des années 1990 que le musée a acquis la majorité de sa collection qui comporte maintenant environ 350 000 artefacts ». Le musée recevait alors des subventions de l’Etat, mais la collection a principalement prospéré grâce à ses fonds propres : chaque soir, la cinémathèque accueillait 300 à 400 spectateurs.

En 2001, le musée devient musée étatique. Le documentaire Cinema : A Public Affair de Tatiana Brandrup, projeté lors de la Berlinale, retrace les méandres du Musée du cinéma. En 2005, l’Union des cinéastes, déjà dirigée par Nikita Mikhalkov, décide de vendre les locaux du musée. Le cinéaste russe nie son implication dans ce qui apparait être un scandale immobilier. Le musée perd une partie de sa collection : films, archives, affiches originales... « Je ne peux m’empêcher de passer devant le gratte-ciel [édifié à la place du Musée du cinéma] sans pleurer les films que nous avons perdus », déclare un archiviste du musée dans le documentaire. Sans domicile fixe depuis dix ans, le musée tente tant que bien que mal de survivre.

Tatiana Brandrup revendique que son objectif n’était pas de réaliser un film d’investigation, et le documentaire prend clairement le parti de l’équipe du musée précédente. Le film omet ainsi de préciser qu’une partie des efforts pour trouver un local pour le musée ont échoué en raison des exigences de Naoum Kleiman, ou bien encore que plus de la moitié des artefacts ne sont pas répertoriés.

Mais comment expliquer la vague de licenciement du Musée du cinéma ? « Aucun officiel ne commente cette situation. Nous ne savons pas ce que nous avons fait de mal. Nous nous sommes contentés de projeter des films », précise Maxime Pavlov. Il refuse de s’aventurer sur le terrain de la politique. Un brin d’explication ? « Naoum Kleiman a pris position en faveur de l’Ukraine en mars dernier. Et voilà le résultat », murmure, un brin fataliste, une journaliste moscovite, qui préfère garder l’anonymat. Effectivement, le calendrier est troublant : en mars, Naoum Kleiman a signé une lettre ouverte, initiée par l’association de cinéastes russes Kinosoyouz, soutenant leurs homologues ukrainiens : « Nous sommes du côté de la vérité, nous sommes avec vous ! ». Il est démis de son poste quatre mois plus tard. Mais la réalité est plus complexe : un blog russe révèle que Kleiman, personnalité « dérangeante », était dans le collimateur du ministère de la Culture depuis plus d’un an. La projection du film Le Dictateur de Charlie Chaplin pour célébrer les 25 ans du musée du cinéma avait été par exemple ressentie comme une provocation. Maxime Pavlov avait pourtant pris soin de préciser avant la projection que toute ressemblance avec la situation politique actuelle en Russie était purement fortuite.

Larissa Malioukova, une journaliste du quotidien Novaya Gazeta, explique dans le documentaire de Tatiana Brandrup que cette évolution est symptomatique de la Russie actuelle avec une main mise de plus en plus importante du pouvoir sur les institutions culturelles. Le procédé est toujours le même, ajoute-t-elle. Afin de minimiser les possibilités de contestation, les directeurs de ces institutions ne sont pas directement licenciés, mais deviennent, comme Naoum Kleiman, président d’honneur sans aucune capacité décisionnaire, ou bien « consultant » ou expert, sort réservé à Irina Lebedeva, l’ancienne directrice de la Galerie Tretiakov. Soixante employés de l’Institut de recherches culturelles ont par ailleurs été récemment démis de leur fonction, explique Larissa Malioukova. Puis le directeur qui avait licencié le personnel a lui-même été limogé. Le procédé rappelle les purges staliniennes, conclut-elle. La comparaison est osée et sans nul doute exagérée. Toujours est-il que le ministre de la Culture russe ne cache pas sa politique volontariste : « Les fleurs peuvent pousser, mais nous n’arroserons que celles qui nous plaisent, ou bien celles que nous estimons utiles », avait déclaré Vladimir Medinski l’an dernier.

Naoum Kleiman s’est félicité du soutien de la Berlinale, qui vient s’ajouter à celui de nombreux cinéastes internationaux, de l’Institut du film britannique ou bien encore de directeurs de festivals de film, à l’instar de Thierry Frémaux, directeur du festival de Cannes. Naoum Kleiman a dédié son prix à son équipe : « Cette "Caméra de la Berlinale" n’est pas une récompense personnelle, elle récompense le Musée du cinéma ». Il n’a pas assisté à la dernière projection du documentaire de Tatiana Brandrup à la Berlinale. A 77 ans, il est reparti à Moscou pour s’atteler au plus vite à son nouveau projet : sortir les archives Eisenstein du Musée du cinéma pour les rattacher au futur département cinéma du Musée national des beaux-arts Pouchkine de Moscou.

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque