Dimanche 9 décembre 2018

La banque belge Belfius (ex-Dexia) veut vendre une partie de sa collection d’art

Par LeJournaldesArts.fr · lejournaldesarts.fr

Le 17 décembre 2012 - 236 mots

BRUXELLES (BELGIQUE) [17.12.12] – Les voix s’élèvent contre la banque nationale belge Belfius, qui vient d’annoncer la possible vente d’une partie de sa collection. Un acte jugé irresponsable par certains.

Riche d’une collection de quelques 4 500 œuvres d’art comptant des toiles de maîtres (Rubens, Ensor ou Magritte entre autres), l’institution bancaire Belfius (ex-Dexia nationalisée en 2011), a fait part de son intention de se séparer d’une partie de son fonds. Elle a ainsi décidé de « limiter et de recentrer cette collection aux oeuvres postérieures à 1830 (date de l'indépendance de la Belgique) » a déclaré Moniek Delvou, porte-parole de la banque, le 13 décembre à l’AFP.

Mais alors que la question ne faisait débat que dans le milieu culturel, elle vient d’attirer les foudres des politiques. Le ministre des Entreprises Publiques, Paul Magnette, s’est dit « indigné » par la décision de la banque. « Nous sommes en pleine réflexion sur la manière de mieux exposer notre patrimoine » a-t-il déclaré au Parlement le même jour. « Risquer de dilapider un patrimoine national me paraît vraiment très peu pertinent » ; d’autant plus que la vente ne représenterait pas de « gains spectaculaires », a-t-il ajouté.

Et s’il appartient aux administrateurs de la banque de prendre la décision, le ministre a toutefois fait appel à leur vigilance et leur réflexion quant à la possibilité de conserver et d’exposer ce patrimoine pour les citoyens belges.

Légende photo

Façade d'une des banques Belfius (ex-Dexia), Belgique - © Photo Klever - 2012 - Licence CC BY-SA 3.0

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque