Bruxelles à l’origine de la photographie

L'ŒIL

Le 1 juillet 1998 - 177 mots

En attendant l’ouverture en l’an 2000 du Musée de la Photographie, le Musée du Cinquantenaire offre, en guise de mise en bouche, « Photographie, 1896-1898 », un avant-goût d’un projet qui aurait dû voir le jour 100 ans plus tôt. L’histoire commence en effet en 1898, lorsque le gouvernement belge  achète  62 photographies à la IIe exposition d’Art photographique. Un achat audacieux à une époque où la photographie n’est pas encore considérée comme un art à part entière. Acquisition clairvoyante aussi, au vu des artistes concernés : Alexandre, Robert Demachy, Edouard Hannon, Léonard Misonne... tous les maîtres du pictorialisme, ce mouvement qui sut dès le tournant du siècle imposer la photographie comme le mode d’expression majeur du siècle à venir. Mais Bruxelles a manqué l’occasion d’ouvrir le premier musée de la photographie au monde. Après un long séjour dans les réserves du musée, les œuvres de ces pionniers sont à nouveau accessibles. Avec leurs appareils photographiques et leur matériel de laboratoire, elles font revivre une époque charnière de la photographie.

BRUXELLES, Musée du Cinquantenaire, jusqu’au 6 septembre.

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°498 du 1 juillet 1998, avec le titre suivant : Bruxelles à l’origine de la photographie

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque