Dimanche 25 février 2018

Des toiles de maître volées il y a 40 ans retrouvées par les carabiniers à Rome

Par LeJournaldesArts.fr · lejournaldesarts.fr

Le 12 mars 2012

ROME (ITALIE) [12.03.12] – Quarante ans après avoir été dérobées à Rome, 37 toiles d’une valeur globale de 7,5 millions d’euros ont été découvertes entre les mains d’une femme qui les avait confiées à une maison de ventes aux enchères.

La gendarmerie italienne recherche encore les cinq toiles manquantes du lot soustrait à un homme d’affaires romain en 1971, mais le lieutenant-colonel Raffaele Mancino, qui a dirigé l’opération, estime qu’il s’agit de « l’une des plus importantes découvertes de tableaux volés des deux ou trois dernières années ». Parmi les œuvres retrouvées, datant du XIIIe au XIXe siècle, figurent des toiles de Rubens, Poussin, Guido Reni ou encore El Greco et Van Dyck.

Les tableaux avaient été achetés par une femme et son époux il y a une vingtaine d’années. La femme, s’étant signalée par les initiales « M.F. », a récemment décidé de les mettre en vente à son tour, mais elle n’a pas tardé à se faire remarquer. Les toiles ont été repérées par les autorités italiennes dans le catalogue de la maison de ventes aux enchères, qui devait réaliser la vente en février. À la suite de perquisitions qui ont eu lieu dans ses deux résidences, la femme a été arrêtée et accusée de recel. Parmi les œuvres non mises en vente et demeurées à son domicile, figurent une Vierge à l’enfant de Berlinghiero Berlinghieri, une Crucifixion de Taddeo Gaddi, une nature morte de l’école caravagesque, mais aussi une Judith et Holopherne de Guido Reni ou un Christ en croix attribué à Rubens.

La surintendante du Pôle muséal de Rome, Rossella Vodret, a qualifié la découverte d’« extraordinaire », même si elle a émis des réserves sur la réelle attribution des œuvres aux artistes précités, surtout en ce qui concerne Rubens et El Greco. Elle a ajouté qu’il serait intéressant de réaliser une étude approfondie des toiles, éventuellement en collaboration avec les propriétaires légitimes.

On ne sait pas encore dans quelle mesure le couple avait connaissance de l'origine douteuse des toiles.

Légende photo :

Vue de Rome depuis la colline du Janicule - © Photo : Mac9 - 2005 - Licence CC BY-SA 3.0

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque