Débat autour des enjeux du Louvre-Lens

Par LeJournaldesArts.fr · lejournaldesarts.fr

Le 27 novembre 2008

ARRAS [27.11.08] – Un colloque interrogeant les enjeux du projet Louvre-Lens s’est tenu vendredi matin dans le cadre des Rencontres de l’Arrageois.

Les élus de la Région Nord-Pas-de-Calais et les responsables du projet Louvre-Lens se sont réunis vendredi au musée des Beaux-Arts d’Arras pour discuter et surtout se rassurer sur la réalisation du futur musée.

Si l’aspect muséographique du projet ne semble pas contrarier les élus, l’impact qu’aura le musée sur le développement culturel et économique de la région semble encore incertain.

Les partenaires et élus régionaux ont exprimé des doutes et des attentes concernant la construction du Louvre-Lens, projet encore trop abstrait selon eux en comparaison du Louvre d’Abu Dabi et du Centre Pompidou de Metz qui envisage son ouverture pour 2010. Guy Delcourt, député-maire de Lens, Jean-Marc Legrand, directeur du projet Louvre-Lens et Olivier Meslay, conservateur au musée du Louvre sont cependant confiants et ont assuré l’aboutissement du projet.

Les enjeux économiques, touristiques et techniques étaient à l’ordre du jour, afin d’éclaircir les contraintes et les avantages qu’apportent l’implantation de cette antenne du Louvre. Comment faire venir les touristes ? Comment s’assurer que les communes périphériques ne seront pas en reste ? Comment faire du musée un pôle culturel et l’intégrer dans le tissu local, sachant que le projet entraîne notamment une hausse des impôts ?

Le président de l’Office culturel d’Arras Bernard Sénéca, s’interroge également sur « l’effet d’aspiration que pourrait constituer un grand musée pour les subventions dévolues aux associations et le mécénat » attiré par l’image quasi iconique que représente l’établissement, rapporte la voix du Nord.

Le Louvre-Lens a toutefois été bien accueilli, prometteur d’un développement à l’échelle départementale, qui nécessite un travail commun pour accélérer les choses. Louvre-Lens est d’autant plus important qu’il prend place dans un contexte d’aménagement du bassin minier dans le cadre d’Euralens.

Installé sur le site de l’ancien carreau de mine, le musée conçu par l’agence japonaise Sanaa, abritera 300 œuvres provenant du musée du Louvre, datant du IVe millénaire à 1850.

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque