Vol

Une œuvre commémorative du street artiste C215 volée dans Paris

Par Antonin Gratien · lejournaldesarts.fr

Le 15 mai 2019 - 250 mots

PARIS

La boîte postale sur laquelle figurait un pochoir honorant les soldats français de 14-18 a été emportée.

C215, Boîte aux lettres honorant les soldats alliés de la Première Guerre mondiale, 2019. © Photo C215.
C215, Boîte aux lettres honorant les soldats alliés de la Première Guerre mondiale, 2019
© Photo C215

« Voler un objet mémoriel pour le soustraire de l’espace public me dégoûte », déplore Christian Guémy, alias C215 dans un tweet du 11 mai. Durant la nuit, un « pillard » a dérobé une boîte postale du VIIe arrondissement décorée par le street artiste français. En hommage aux combattants français de la Première guerre mondiale, elle représentait les figures de poilus, zouaves et tirailleurs.

La pièce avait été réalisée dans le cadre de « Cent ans après », une exposition célébrant le centenaire de l’armistice jusqu’au 2 juin au Musée de la Légion d’Honneur.

Après le saccage de son œuvre représentant Simone Veil en février dernier, C215 dénonce une nouvelle « prédation ». Pour déjouer toute tentative de recel, le pochoiriste de 45 ans appelle à la vigilance : « si vous voyez cette boîte chez un galeriste, un collectionneur ou une salle de vente prenez une photo et prévenez-moi », a-t-il demandé sur ses réseaux sociaux.

C215 ne dispose d’aucune option de poursuite judiciaire. Aucun street artiste ne peut faire valoir son droit moral de propriété intellectuelle avant qu’une œuvre volée ne soit reproduite, ou exposée. Dans ce cas seulement, la victime peut alors entamer des poursuites pour « atteinte à l’œuvre ».

Il n’en va pas de même du côté de La Poste. En tant que propriétaire du support physique de l’œuvre, l’entreprise a annoncé qu’une plainte allait être déposée. 
 

Thématiques

Tous les articles dans Création

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque