Mercredi 23 octobre 2019

Justice

Trois hommes inculpés pour contrefaçon d’œuvres de Damien Hirst

Par Ida Simon · lejournaldesarts.fr

Le 22 juin 2017 - 219 mots

NEW YORK (ETATS-UNIS) [22.06.17] - Trois individus vendaient sur internet des fausses éditions de Damien Hirst. Et ce n’est pas la première fois.

Damien Hirst, lui-même soupçonné de plagiat pendant la Biennale de Venise, est cette fois au centre d’un procès de contrefaçon visant ses œuvres. Les fausses impressions, présentées aux clients comme les exemplaires d’une « édition limitée », ont été vendues en ligne 400 000 dollars (350 000 euros) chacune. « Esculetin », une des œuvres de la série des impressions à points de Hirst, faisait partie d’entre elles. Avec Marco Saverino et Paul Motta, Vincent Lopreto vendait les œuvres accompagnées d’une documentation elle aussi falsifiée. Les trois hommes avaient déjà été accusés de vol simple, de vols qualifiés et de fraude.

Principal accusé de la vente des contrefaçons, Vincent Lopreto, 52 ans, a plaidé coupable comme en janvier 2014 et en février 2008. Il avait déjà été condamné à plus de deux ans de prison pour vol et fraude après avoir vendu sur eBay des copies de « Valium », « LSD » et « Opium » de Damien Hirst. Arrêté et emprisonné à la Nouvelle-Orléans la semaine dernière, Lopreto a ensuite été transféré à New York. Les trafiquants de contrefaçons sont nombreux sur internet où il est facile de supprimer une page et d’en créer sur un autre site.

Légende photo

Damien Hirst devant une de ses oeuvres de l'exposition « The Complete Spot Paintings 1986–2011 » à la galerie Gagosian New York - 11 janvier 2012 © photo AFP PHOTO / TIMOTHY A. CLARY

Thématiques

Tous les articles dans Création

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque