Mercredi 28 octobre 2020

Carmen Thyssen se sépare d’un tableau de Constable exposé au musée madrilène

Par Chloé Da Fonseca · lejournaldesarts.fr

Le 31 mai 2012 - 526 mots

MADRID (ESPAGNE) [31.05.12] – Il y a quelques jours, « L’écluse » du peintre britannique John Constable était encore accroché sur les cimaises du Musée Thyssen-Bornemisza. Mais Carmen Thyssen a décidé de vendre ce chef-d’œuvre, il sera mis aux enchères le 3 juillet 2012 à Christie’s Londres.

Relayée par El País, Carmen Thyssen, veuve du riche baron Hans Heinrich von Thyssen-Bornemisza, s’explique sur la vente d’un tableau du musée « la crise nous affecte tous et aussi les collectionneurs. J’ai besoin de cash ». Si une partie de la collection du baron avait été acquise par l’Etat espagnol en 1993, une autre partie, de plus de 1 200 pièces, appartient toujours à la baronne. 300 de ses œuvres, dont L’écluse (1824) de John Constable, sont exposées au Museo Thyssen-Bornemisza à Madrid.

Considéré comme un des joyaux de la collection de la baronne, L’écluse est l’un des rares grands paysages de l’artiste britannique, qui plus est en mains privées. Le tableau avait été acheté par Carmen Thyssen, sur les conseils de son époux, en 1990 pour 10,8 millions de dollars à Sotheby’s. Elle a décidé de se séparer de ce chef-d’œuvre lors d’une vente aux enchères à Christie’s Londres le 3 juillet 2012. Mise de départ : entre 20 et 25 millions de livres (25-31 millions d’euros). La baronne a cependant assuré qu’il ne s’agit pas du début d’une longue liste de ventes, « Je ne voudrais toucher ni aux impressionnistes ni aux expressionnistes ».

Propriétaire d’une partie des œuvres exposées au musée madrilène, Carmen Thyssen peut vendre jusqu’à 8 % de la valeur de la collection, selon les accords de prêts avec l’institution. La totalité des œuvres étant estimée à 800 millions d’euros, la toile de Constable représente 3,5 % de la collection.

Selon Christie’s, cité par El Periódico, « cette vente assure le futur de la collection privée de la baronne Thyssen ». En 2011 Carmen Thyssen avait ouvert des discussions avec la ministre de la Culture Ángeles González-Sinde pour que l’Etat puisse acquérir l’œuvre, mais l’offre n’était pas suffisamment élevée. L’actuel ministre, José Ignacio Wert, n’a pas annoncé l’intention de faire valoir un droit de préemption sur l’œuvre.

Quant au musée Thyssen-Bornemisza, son directeur Guillermo Solana garantit que la vente du Constable n’a rien à voir avec de possibles problèmes de trésorerie de l’institution ; « le musée Thyssen n’est pas en déficit », déclare-t-il à El País. Cela n’a rien à voir non plus avec la fin de la collaboration du musée avec la Caja Madrid (qui parrainait les évènements du musée) et Bankia (qui coproduisait les expositions de l’institution). Et selon la baronne, cette vente n’est pas à mettre en rapport avec les nombreux différends qui divisent la famille Thyssen : Borja réclame à sa mère deux tableaux de la collection ; et Carmen est en désaccord fréquent avec Francesca Thyssen, fille du baron, issue d’un précédent mariage. Francesca a manifesté son opposition à la vente.

El País préfère quant à lui ironiser : « il lui est plus facile de se séparer d’un Constable que de l’une de ses maison à Madrid, sur la Costa Brava, à Málaga ou en Suisse ».

Légende photo

John Constable (1776-1837) - L'Écluse (1824) - Huile sur toile - 142.2x120 cm - source Wikipedia

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque