Dimanche 25 février 2018

Venise lance un plan pour se sauver des eaux

La municipalité vient d’engager des travaux pour surélever un quartier de la ville régulièrement inondé

Le Journal des Arts

Le 11 janvier 2008

A fin de combattre infiltrations d’eau et marées hautes, la ville de Venise a mis au point un ambitieux programme d’intervention qui entre dans sa première phase en novembre. Il consiste d’une part à surélever le niveau du sol des quartiers les plus touchés, d’autre part à remplacer par un système anti-infiltrations le réseau de canalisations, situé sous la place Saint-Marc et depuis longtemps défectueux.

VENISE - Les travaux de surélévation du quai bordant la place Saint-Marc, à Venise, débuteront en novembre. Il s’agit de la première phase d’un programme visant à lutter contre les marées hautes dans l’un des quartiers les plus bas de Venise, qui subit près de 200 inondations par an.
Le niveau du sol sera surélevé d’un mètre au-dessus de celui de la mer, sur un secteur compris entre le pont prolongeant la Calle Vallaresso et le bar Todaro. L’intervention, qui devrait s’achever en mai prochain, ne modifiera en rien l’aspect de la Piazza. Le quai situé entre la Piazzetta et le Ponte della Paglia sera par la suite également surélevé ; les travaux devraient s’achever début 2004.
Si les résultats de cette phase expérimentale se révèlent concluants, des mesures seront prises afin d’endiguer les inondations sur la place Saint-Marc. Souvent en partie immergée, celle-ci est, sept fois par an en moyenne, complètement submergée par des marées exceptionnellement hautes (plus d’un mètre au-dessus du niveau moyen de la mer).

Un nouveau réseau de canalisations sous la place Saint-Marc
Les maréesi ne constituent pas la seule cause d’inondation : l’eau remonte par les canalisations souterraines et s’infiltre dans le sous-sol. La chaussée de la place Saint-Marc ne sera pas surélevée, mais l’ancien réseau de tunnels souterrains qui recueille les eaux sera isolé. Ces tunnels se sont en partie effondrés, provoquant un affaissement de la Piazza. Par ailleurs, un nouveau système de collecte des eaux sera installé, avec une station de pompage dans les Giardini Reali qui rendra possible l’évacuation des eaux dans la lagune.
Ce réseau de tunnels souterrains fait l’objet d’une étude depuis plusieurs années. De petites caméras montées sur des robots permettent notamment de suivre le mouvement des eaux. Les tunnels seront restaurés et comblés avec du sable, l’ancien système de canalisations remplacé et de nouvelles conduites, posées.
Les autres réseaux de la ville (eau, électricité, gaz) seront regroupés sur un côté de la place et les travaux se dérouleront par petites sections (de 400 m2), afin de ne pas gêner les flux de visiteurs.
Ces mesures semblent satisfaire tout le monde, y compris le lobby des restaurateurs. En revanche, les avis relatifs à l’épaisseur de la couche de bentonite (mélange imperméable à base d’argile) devant revêtir les tunnels sont partagés. Le Consorzio Venezia Nuova, responsable du projet, voudrait gainer les tunnels afin d’éviter les risques d’infiltration. La décision concernant ce point est pour l’instant reportée.
La phase finale consistera en la pose d’une couche de sable sur laquelle les blocs de trachyte (pavés d’origine, qui seront bientôt restaurés) prendront place.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°157 du 25 octobre 2002, avec le titre suivant : Venise lance un plan pour se sauver des eaux

Tous les articles dans Actualités

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque