Titien, au-delà de la monographie

Par Daphné Bétard · Le Journal des Arts

Le 11 décembre 2012 - 495 mots

Professeur d’histoire de l’art moderne à l’université Ca’Foscari de Venise, spécialiste de la peinture vénitienne des XVe et XVIe siècles, Augusto Gentili signe un nouvel ouvrage sur Titien (v. 1488-1576).

L’auteur souhaite recentrer l’étude de l’œuvre de ce génie « écartelé, au cours des grandes expositions qui lui ont été récemment consacrées », autour des thèmes fondamentaux « que sont la religion et la mythologie, la littérature et la politique, le langage du non finito et les langages de l’atelier, les commanditaires et la réception des œuvres, en somme toute la richesse extraordinaire d’un contexte étouffé par l’irrémédiable étroitesse de vue du « parcours monographique » ».

Pour ce, Augusto Gentili a choisi la méthode transdisciplinaire de la science « iconologique » impliquant « la rude traversée de toutes les zones du savoir ». Loin de la traditionnelle monographie donc, libéré des contraintes d’un cadre strictement chronologique et servi par une iconographie abondante, cet essai prend pour point de départ de chacune de ses démonstrations l’œuvre peinte, laquelle est décryptée et replacée dans le contexte artistique de l’époque, vénitien mais aussi européen. L’auteur n’hésite pas à trancher sur des questions qui ont longtemps fait débat. Titien ne fut « jamais » l’élève de Giorgione – même s’il joua le rôle d’un « nouveau Giorgione » – et, selon lui, il ne serait pas né en 1490 mais il aurait déjà atteint une vingtaine d’années en 1503-1506, comme en témoigne la reconstitution d’un catalogue relatif à ces années-là.

Augusto Gentili revient sur les questions d’attribution pour souligner la manière dont fonctionnait son atelier. Et de citer la Vénus avec un joueur d’orgue, tableau conservé à la Gemäldegalerie de Berlin et seule version entièrement exécutée par la main de Titien, quand les deux autres, propriétés du Musée du Prado (à Madrid), sont le fruit d’un travail commun en atelier.

L’auteur invite à porter un jugement indépendant sur ce qu’il considère comme de « multiples produits de qualité inférieure » réalisés par « l’entreprise Titien » dans un but lucratif, à l’image des deux versions plus tardives de la Vénus avec un joueuer de luth, appartenant pour l’une au Fitzwilliam Museum à Cambridge (Royaume-Uni), pour l’autre au Metropolitan Museum of Art à New York. Si L’Éducation de Cupidon de la Galleria Borghese (Rome) serait un véritable « pot-pourri de main, d’étapes, de personnages et de concepts divers », pour lui, la Madeleine de la collection Candiani (entrée depuis dans une autre collection privée) présentée pour la première fois au public en 2007-2008, lors de l’exposition « Titien » du Musée du Luxembourg, serait bien de la main du maître alors qu’elle est considérée par la plupart des spécialistes comme une réplique de la Madeleine conservée au Musée de l’Ermitage (Saint-Pétersbourg). Au-delà de ces passionnantes questions autour de l’atelier du maître, l’ouvrage a le mérite d’inciter à regarder différemment les œuvres pour en explorer toutes les facettes.

Augusto Gentili, Titien, 2012, éditions Actes Sud, Arles, 430 p., 140 €.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°381 du 14 décembre 2012, avec le titre suivant : Titien, au-delà de la monographie

Tous les articles dans Actualités

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque