Vœux

Les vœux de Nicolas Sarkozy aux acteurs de la culture

Dégel précoce

Par Sophie Flouquet · Le Journal des Arts

Le 19 janvier 2010

Contrairement à l’an passé, les vœux du président de la République
aux acteurs culturels n’ont ménagé aucune surprise

PARIS - Malgré ses exhortations à éviter tout sectarisme à son encontre, sa demande d’être « jugé sur les faits » et son insistance à se dire « le protecteur des arts et le défenseur de la culture », c’est devant un auditoire attentif mais circonspect que le président de la République a présenté ses vœux aux acteurs culturels, le 7 janvier. Seule l’annonce de l’absence totale de gel sur les crédits 2010 du ministère de la Culture lui a permis de briser brièvement la glace, provoquant même quelques applaudissements. « C’est en défenseur de la création que j’ai voulu cet effort exceptionnel », a insisté le chef de l’État. L’annonce est en effet audacieuse alors que l’exercice budgétaire est à peine entamé.

À deux pas du futur chantier de la Philharmonie de Paris, dans l’auditorium de la Cité de la musique, Nicolas Sarkozy n’a pourtant guère créé la surprise, contrairement à l’an passé, à Nîmes, où les annonces avaient été nombreuses : instauration de la gratuité des musées nationaux pour les moins de 26 ans, création d’un Conseil pour la création artistique et d’un musée de l’histoire de France, rallonge de 100 millions d’euros pour le patrimoine. Hormis sur le sujet du numérique, pour lequel le président s’est appuyé sur les conclusions du rapport Zelnik remis la veille, son discours n’a guère engagé de nouvelles perspectives. Il s’est contenté de confirmer l’installation d’un atelier international du Grand Paris, annoncée en décembre, et d’indiquer que le choix du site pour l’implantation de la « Maison de l’histoire de France » serait révélé au printemps.

À la veille du lancement de l’année croisée France-Russie, Nicolas Sarkozy a également évoqué un mystérieux projet de création d’un nouveau département du Musée du Louvre, consacré « aux arts des chrétientés d’orient, des empires byzantins et slaves », dont il souhaite l’aboutissement rapide (lire p. 36). Contexte préélectoral oblige, le président a, par ailleurs, précisé qu’il plaiderait auprès de la Commission européenne pour obtenir un abaissement de la TVA sur « tous les produits culturels », sans préciser de calendrier. Éludant le sujet de la réforme du ministère, il a, en revanche, tenu à manifester son soutien à Frédéric Mitterrand, n’hésitant pas à établir un parallèle, les concernant, avec la relation entre Jack Lang et François Mitterrand.

Les collectivités montent au créneau

C’est Claude Bartolone, président du conseil général de Seine-Saint-Denis (PS), qui a lancé le mouvement le 19 décembre, en présence de près de 200 personnalités du monde culturel. Dans un appel national de mobilisation, celui-ci a dénoncé les menaces qui pèsent sur la culture du fait de la réforme des collectivités locales et de la disparition de la taxe professionnelle. Dans son département, cette taxe représentait plus de la moitié des ressources fiscales. « Supprimer ou pas la clause de compétence générale n’est alors même plus le sujet, a souligné Claude Bartolone. Que nous ayons le droit ou pas d’intervenir dans tel ou tel champ n’aura à terme plus aucune importance : sans moyens financiers, nous n’irons pas bien loin. » Plus de 2 000 personnes ont déjà signé sa pétition.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°317 du 22 janvier 2010, avec le titre suivant : Les vœux de Nicolas Sarkozy aux acteurs de la culture

Tous les articles dans Actualités

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque