Les chefs-d'oeuvre de la collection Phillips

Par Philippe Piguet · L'ŒIL

Le 1 décembre 2005

Comme un florilège de l’art moderne,
67 chefs-d’œuvre de la collection Phillips sont réunis au musée du Luxembourg. Constituée à Washington dans les années 1920, huit ans avant la création du MoMA de New York, elle est l’une des plus importantes d’Amérique et appartient à l’un des plus anciens musées privés au monde.
La nécessité de travaux de rénovation des bâtiments qui l’abritent est l’occasion d’en faire voyager une partie en Europe avant que la collection ne retrouve pour un long moment ses cimaises d’origine. C’est dire si l’occasion de les découvrir est unique !

Parce qu’il portait les mêmes prénoms que son père, Duncan Clinch Phillips (1886-1966), issu d’une famille d’industriels et de banquiers originaires de Pittsburgh, fit longtemps suivre son nom de l’abréviation « Jr. » (Junior). Parce qu’il avait un frère de deux ans son aîné avec lequel il partageait le même enthousiasme pour l’art de son temps, il aspira avec lui à constituer une collection qui en soit le reflet. Parce que son père disparut en 1917 et que son frère mourut treize mois plus tard de la grippe espagnole, il décida avec sa mère de fonder la Phillips Memorial Art Gallery.
Féru d’histoire de l’art, Duncan Phillips publie son premier article dès 1905, voyage en Europe, visite le Louvre, est reçu en 1911 chez Durand-Ruel, le célèbre marchand des impressionnistes. S’il fait ses premiers achats avec son frère, c’est entre 1918 et 1921 qu’il réalise les plus nombreux.
À cette date, il publie une première liste de sa collection – pas moins de 230 œuvres y figurent ! – mentionnant deux tableaux de Monet et un de Chardin parmi les « quinze meilleurs achats de l’année 1918-1919 ».

Premier musée d’art moderne
Collectionneur, Phillips entend l’être de manière active et dynamique, non seulement en rendant ses œuvres accessibles à tous mais en organisant des expositions qui permettent de les confronter à d’autres. L’ouverture au public dès 1921 de la Phillips Memorial Art Gallery dans des bâtiments adjoints à la maison familiale en fait le premier musée d’Amérique consacré à l’art moderne.
Marié à l’artiste Marjorie Acker, Duncan Phillips ne cesse d’acheter des œuvres parmi lesquelles Le Déjeuner des canotiers d’Auguste Renoir, Femme tenant un chien de Pierre Bonnard dont il acquerra au total pas moins de seize peintures et La Pépinière de Paul Klee, première des treize œuvres qui figureront dans la collection.
À partir de 1925, mettant un point d’honneur à faire valoir le métier de directeur de collection, il multiplie les expositions tant personnelles que de groupe : Odilon Redon en 1926, « American and European Abstractions » en 1932, Jean- Honoré Fragonard en 1945, Henri Matisse en 1948, Paul Klee en 1949, etc.

Lieu de toutes les rencontres
En 1952, la Phillips Gallery reçoit en legs de Katherine S. Dreier – une autre très importante collectionneuse de l’époque – dix-sept toiles majeures de Braque, Klee, Mondrian et Kandinsky. Cette année-là est aussi celle de la publication du premier catalogue de la collection dont le titre est manifeste de son contenu : The Phillips Collection : A Museum of Modern Art and Its Sources.
Demeurée dans la maison familiale dont une nouvelle aile est ouverte au public en 1960, la Phillips Collection est le lieu de toutes les rencontres. Duncan Phillips n’avait pas son pareil pour faire cohabiter des artistes aussi divers que Courbet, Cézanne, Braque, Giacometti, Rothko, Soulages, Diebenkorn, Gottlieb et Clyfford Still. Rien ne l’intéressait plus que de tisser des liens entre les deux
côtés de l’Atlantique.

Repères

1886 Naissance de Duncan Clinch Phillips Jr. 1904 Il entre à l’Université de Yale où il étudie l’art ancien. À Paris, il visite le musée du Luxembourg ! 1918 À la suite du décès de son père puis de son frère, il décide de fonder un musée en leur mémoire. 1921 Le musée ouvre dans deux pièces de la demeure familiale à Washington. Il possède déjà 240 peintures. 1923 Achat du Déjeuner des canotiers de Renoir. 1930 Matisse visite le musée. 1960 Le musée s’agrandit, une nouvelle aile est ouverte au public. 1966 Mort de Duncan Phillips. Sa femme Marjorie prend la direction du musée. 2002 Débuts des travaux dans l’ancienne maison de Phillips. 2005-2006 Le musée de Washington, ouvert pendant les travaux, organise des expositions tandis que les chefs-d’œuvre de la collection parcourent le monde. Avril 2006 Réouverture prévue de la Phillips Collection

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°575 du 1 décembre 2005, avec le titre suivant : Les chefs-d'oeuvre de la collection Phillips

Tous les articles dans Actualités

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque