Dimanche 21 octobre 2018

La Fondation Luma va pouvoir construire sa tour

La Fondation Luma empiète sur les Rencontres d’Arles

La probable construction de la tour de la Fondation Luma relance le débat sur la cohabitation avec les Rencontres d’Arles sur le Parc des Ateliers.

Par Christine Coste · Le Journal des Arts

Le 3 mai 2013 - 778 mots

Pierre angulaire de la reconversion du Parc des Ateliers, à Arles, en un vaste site dédié à l’image, la construction de la tour imaginée par Frank Gehry pour la Fondation Luma devrait bientôt démarrer. Cet ambitieux projet fait pourtant craindre aux responsables des Rencontres photographiques d’Arles de voir leurs espaces amputés.

ARLES - D’ici le 22 juin, le permis de construire du projet de l’architecte américain Frank Gehry pour la Fondation Luma à Arles devrait être validé. Le 22 avril, les architectes des Bâtiments de France du Service départemental d’architecture et du patrimoine ont donné un avis globalement favorable pour la construction de la tour imaginée par l’architecte américain. « Des ajustements ont été demandés », précise le maire d’Arles, Hervé Schiavetti. Cet avis favorable laisse donc bon espoir à Maja Hoffmann, son initiatrice et mécène, de mener à bien la reconversion du Parc des Ateliers en un immense site d’expositions, de productions, de résidences et de rencontres dédiés à l’image et à l’art contemporain.

Un médiateur au labeur
Face à l’inquiétude du président Jean-Noël Jeanneney et du directeur général des Rencontres d’Arles de la Photographie, François Hébel, de voir leurs espaces d’exposition au Parc des Ateliers grignotés par le projet de la Fondation Luma, la ministre de la Culture Aurélie Filippetti a proposé  « de confier à l’Inspection Générale des affaires culturelles une mission d’accompagnement qui faciliterait la mise en œuvre d’un projet cohérent et concerté ». Autrement dit « de jouer le rôle de médiateur entre les Rencontres d’Arles et la Fondation Luma sur cette question de territoire », comme on le précise aujourd’hui au ministère tout en soulignant que « l’inspection des affaires culturelles ne sera pas là en tant qu’organe d’inspection ou de contrôle, mais de facilitateur. » Et la rue de Valois de rappeler que « les pouvoirs publics ne sont pas en mesure de financer le projet de développement ambitieux proposé par Jean-Noël Jeanneney et François Hébel. »

Bien accueillie du côté de la Région et des Rencontres, l’idée du rôle de facilitateur qu’entend jouer l’État l’est tout autant du côté du maire d’Arles qui estime que « François Hébel n’a pas lieu de s’inquiéter. Maja Hoffmann a toujours dit qu’il n’était pas dans son intention de chasser qui que ce soit du Parc des Ateliers ni de mettre un terme aux expositions des Rencontres sur le site. » La fondation Luma rappelle de son côté la coproduction avec les Rencontres d’Arles de l’exposition Wolfgang Tillmans à venir cet été. Pour autant, la fondation semble préférer attendre d’avoir en main toutes les autorisations pour son projet de construction, et avoir définitivement bouclé l’achat de l’ensemble des terrains du Parc des Ateliers auprès de l’AREA (opérateur de la région PACA pour l’aménagement de cette immense friche industrielle) avant de se mettre autour d’une table et d’aborder les besoins futurs en espaces d’exposition des Rencontres d’Arles de la photographie.

19 millions d’euros pour l’ENSP
Mais d’ores et déjà, il est certain que les futures éditions des Rencontres ne pourront bénéficier de la totalité des espaces dont elles disposent aujourd’hui. L’installation de la Fondation Luma au Parc des Ateliers « ne remet pas pour autant en cause le projet de création du Centre mondial de la photographie, proposé par Jean-Noël Jeanneney et François Hébel, que je prends au sérieux », affirme cependant Hervé Schiavetti en rappelant le rôle économique du festival pour la ville.
L’autre tour de table attendu à Arles d’ici la fin de l’automne est celui des acteurs financiers (État, Région, département, municipalité) en vue de la construction de l’École nationale supérieure de la photographie (ENSP) dont la ministre a annoncé officiellement le 19 avril le lancement du concours d’architecture. Si le ministère de la Culture financera majoritairement les 19 millions d’euros nécessaires à son édification face au Parc des Ateliers, il reste à connaître la somme que débloqueront les collectivités territoriales, notamment la région PACA. Quant au devenir des locaux actuels de l’ENSP  qui relève du ministère de la Culture et du conseil d’administration de l’école (bailleurs du bâtiment loué à la municipalité d’Arles), Hervé Schiaretti évoque diverses pistes de réflexion. « À côté de l’ENSP, il y a la maison de Lucien Clergue et tout ce qui s’attache à son fonds ; il y a bien sûr les Rencontres de la photo et la volonté de François Hébel de porter ce grand projet de Centre mondial de la photo. Il y a aussi la belle bibliothèque liée à l’histoire de l’école… Le temps du concours pour le nouvel édifice de l’école et de sa construction nous permettra de prendre le temps de travailler à la reconversion de ce bâtiment ! »

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°391 du 10 mai 2013, avec le titre suivant : La Fondation Luma empiète sur les Rencontres d’Arles

Tous les articles dans Actualités

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque