Dimanche 25 octobre 2020

ABBA renaîtra de ses cendres au Swedish Music Hall of Fame

Par LeJournaldesArts.fr · lejournaldesarts.fr

Le 8 octobre 2012 - 468 mots

STOCKHOLM (SUEDE) [08.10.12] – Un musée consacré au légendaire groupe de rock suédois ABBA - dissous il y a trente ans - ouvrira ses portes à Stockholm au printemps 2013 au sein du Swedish Music Hall of Fame. Un lieu à la gloire de la musique populaire suédoise, situé sur l’île de Djurgaarden.

« Une histoire à la Cendrillon qui vaut le coup d’être racontée », a concédé l’un des membres du groupe Bjorn Ulvaeus, après maintes tergiversations quant à la perspective de se voir devenir « objet dans un musée avant (sa) mort ». Preuve de son accord pour l’ouverture d’un musée consacré à son groupe au sein du Swedish Music Hall of Fame au printemps, ce dernier aurait même offert de se porter garant dans le financement du musée construit grâce à des fonds privés.

Ledit « conte de fées » du légendaire quartet pop ABBA – dissous il y a trente ans – commence de façon pour le moins hasardeuse : d’un modeste chorus entamé par les quatre « futurs » membres du groupe en vacances sur les côtes chypriotes. Ce qui ne devait être qu’une simple improvisation, prend des allures de vrai « show » dûment applaudi par les soldats des Nations Unies stationnés sur l’île. Si à eux quatre (Agnetha Faltskog, Anni-Frid Lyngstad, Benny Andersson, Bjorn Ulvaeus), ils disposent déjà d’un « bagage » musical, cette performance les conforte néanmoins dans leur talent. Se sentant pousser des ailes, ils décident ainsi de former un groupe à leur retour à Goteborg (Suède). De cette lancée « professionnelle », un premier album voit le jour : Lycka (1970).

Des débuts quelque peu modestes avec People need love (1972), puis Ring Ring (1973), suivis de Hasta Manana (1974) et I Do, I Do, I Do, I Do et SOS (1975), puis une victoire aux Concours Eurovision de la Chanson (1974), le groupe pop suédois se distingue progressivement comme pionnier en matière de vidéos-clips. Dancing Queen (1976) se hisse en tête des palmarès internationaux.

1981, malgré les succès respectifs de I Have a Dream et de Super Trouper (1980), les divorces successifs des deux couples du groupe mettent à mal leur collaboration. Trois ans plus tard, Agnetha annonce l’ « irréversible » lors d’une interview accordée à un magazine suédois : la dissolution du groupe. Jamais plus ils ne se réformeront.

En dépit de cette « malheureuse » fin, leur aura planétaire n’a jamais perdu de sa teneur. Forts de leur excentricité vestimentaire et de leur génie musical, les quatre légendes suédoises de la disco auront marqué des générations entières, avec la vente de pas moins de 378 millions de disques.

Entre autres pièces exposées au ABBA The Museum, s’y trouveront notamment des costumes de scène, ainsi que quelques films sur leur victoire à l’Eurovision en 1974.

Légende photo

Groupe ABBA dans une émission télévisée allemande - © Photo AVRO - 1974 - Licence CC BY-SA 3.0 

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque