Vendredi 30 octobre 2020

Une ligne rouge pour relier le Musée Van Gogh et l’Hermitage

Par Lucile Pages · lejournaldesarts.fr

Le 31 octobre 2012 - 458 mots

AMSTERDAM (PAYS-BAS) [31.10.12] – Alors que le Musée Van Gogh est temporairement fermé pour rénovation, l’Hermitage expose jusqu’à la fin des travaux quelques-uns des chefs-d’œuvre de l’artiste. Et pour ne pas décevoir les non avertis, une ligne rouge partant du musée Van Gogh, guide les visiteurs vers sa résidence temporaire.

Mais si elle est directive, cette Red Line est avant tout une œuvre d’art. Imaginée par l’artiste Henk Schut, elle est à la fois matérielle et immatérielle. Matérielle parce qu’elle relie physiquement les deux institutions. Accrochée à cinq mètres de hauteur, en partance du Musée Van Gogh, elle traverse en zigzag les rues et les canaux d’Amsterdam, s’accrochant tantôt à un immeuble, tantôt à une galerie, pour finir en haut de l’Hermitage. Immatérielle, parce qu’elle invite le passant à observer le monde d’un point de vue différent, en levant le regard, comme Van Gogh avait entrepris de le faire dans ses toiles.

Treize installations sonores inspirées de la correspondance entre Van Gogh et son frère Théo viennent ponctuer ce parcours, intitulé « Van Gogh Mile ». Certaines d’entres elles comprennent des œuvres, comme The value of art, par exemple, une installation qui interroge la valeur économique des œuvre d’art, un thème récurrent dans les correspondances de Van Gogh ; en faisant côtoyer des toiles de Henk Schut et des chefs-d’œuvre et objets d’arts anciens dans les galeries Salomon Lilian Old Master Paintings, Kramer Kunst&Antiek et Frides Laméris. Dans cette dernière, les spectateurs peuvent également entendre Van Gogh leur parler de sa frustration face à l’angoisse de la toile blanche.

Le parcours se termine dans la cour de l’Hermitage. L’installation finale mêle l’intégralité des extraits entendus le long de « Van Gogh Mile », provenant de parapluies dispersés dans la cour, et une nouvelle bande sonore de sons de cloches. Si les centaines de voix des « parapluie sonores » ne sont que brouhaha incompréhensible, elles deviennent claires et distinctes lorsque le visiteur se place sous un parapluie, et expérimente alors une relation intime avec la voix du peintre.

Les sons de cloches rappellent quant à eux les promenades de Van Gogh lui-même lors de son séjour à Amsterdam, durant lequel il visita de nombreuses églises de la ville.

Pour compléter le parcours, Henk Schut propose une application pour smartphone, à télécharger directement depuis le site de « Van Gogh Mile », permettant d’expérimenter la ville d’une manière inédite. Les marcheurs pourront découvrir de nouveaux paysages dans la ville, comme un parterre de tournesol devant le musée Van Gogh ou les rues d’Amsterdam de nuit, à travers leur écran. Ils sont également invités à partager leur expérience sur les réseaux sociaux.

« Van Gogh Mile » restera en place jusqu’au 25 avril 2013, peu avant la réouverture du musée.

Légende photo

Musée de l'Hermitage, Amsterdam, Pays-Bas - © Photo Fentener van Vlissingen - 2009 - Licence CC BY-SA 3.0

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque