Mercredi 27 janvier 2021

Une importante inscription romaine vieille de 2 000 ans découverte à Jérusalem

Par LeJournaldesArts.fr · lejournaldesarts.fr

Le 23 octobre 2014 - 332 mots

JERUSALEM (ISRAEL) [23.10.14] – Une équipe d’archéologues israéliens a découvert à Jérusalem une inscription latine gravée dans la pierre il y a 2 000 ans en l’honneur de l’empereur Hadrien. Cette découverte permettrait de mieux comprendre les circonstances de la seconde révolte juive contre l’Empire Romain.

L’inscription latine gravée dans un bloc de calcaire découvert par une équipe d’archéologues israéliens dans la Ville Sainte a été dévoilée mardi 21 octobre 2014. Ces six lignes, vieilles de 2 000 ans, sont dédiées à l’empereur Hadrien et attestent de la date de la visite de celui-ci à Jérusalem en 130 après Jésus-Christ. La pierre mesure un mètre sur un mètre cinquante et a été découverte au-dessus d’une citerne enfouie non loin de la Porte de Damas. Elle faisait probablement partie d’une arche érigée à l’occasion de l’arrivée de l’empereur dans la ville.

Cette découverte apporterait une lumière nouvelle sur la rébellion juive, dite de Bar Kokhba (seconde guerre judéo-romaine) contre l’Empire romain, qui a eu lieu quelques années après les événements que rapportent cette inscription, entre 132 et 136 après Jésus-Christ. L’inscription confirme en effet des sources selon lesquelles la dixième légion romaine avait été déployée à Jérusalem avant l’insurrection.

Cette découverte est qualifiée d’exceptionnelle pas les archéologues et par les autorités israéliennes. Selon celles-ci, il s’agirait de « l’une des plus importantes inscriptions en latin » découvertes à Jérusalem. Rina Avner, qui a dirigé les fouilles, considère cette pierre comme « une nouvelle et importante pièce du puzzle que nous essayons de reconstituer depuis un moment ». Elle indiquerait « que les projets de construction officiels de la ville, au moins deux ans avant la révolte de Bar Korchba, étaient monumentaux », ajoute-t-elle.

L’inscription, traduite du latin, signifie : « A l’Empereur César Auguste Trajan Hadrien, le fils du divin Trajan Parthicus, petit-fils du divin Nerva, grand-prêtre, revêtu de la puissance tribunitienne pour la 14e fois, consul pour la 3e fois, père de la patrie [consacré par] la 10e légion Fretensis Antoniniana ». 

Légende photo

Porte de Damas, à Jérusalem - © Photo Yoavd - Domaine public

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque