Un opérateur culturel français propose des visites de sites antiques en Irak

Par LeJournaldesArts.fr · lejournaldesarts.fr

Le 21 avril 2010 - 349 mots

NASSIRIYA (IRAK) [21.04.10] – Un opérateur culturel français vient d’ouvrir une agence en Irak qui propose aux touristes des visites de sites antiques dans le sud de l’Irak. Une première depuis le début de la guerre en 2003.

Terre Entière, une agence installée à Paris qui propose des voyages culturels, mais aussi religieux, vient d’ouvrir une filiale à Nassiriya, au sud de l’Irak, nommée Babel Tours, qui propose aux touristes un circuit de visites des sites antiques mésopotamiens entre le Tigre et l’Euphrate, rapporte l’AFP.

« Mésopotamie, naissance de l’histoire », tel est le nom du voyage inaugural prévu du 6 au 14 juin 2010. Une tournée de 9 jours – coût : 2 500 euros – qui mènera les touristes par groupe de 20, accompagnés par un archéologue dans la cité antique d’Ur, l’un des berceaux de la civilisation. Ur, en Chaldée, a été l’un des grands centres urbains de la civilisation sumérienne et est restée une ville importante jusqu’à sa conquête par Alexandre le Grand au IVe siècle avant J.-C.

Les touristes pourront admirer une des gloires de la cité, sa ziggourat, une plate-forme à gradins relativement bien préservée qui date du IIIe millénaire avant J.-C. et qui faisait partie d’un complexe de temples qui constituait le centre administratif de la cité sumérienne.

Au programme également : une visite de Babylone et des marais de la région, l’un des plus anciens écosystèmes au monde en cours de réhabilitation après avoir été drainé pendant la présidence de Saddam Hussein.

« Après une longue période de guerre en Irak, nous avons voulu organiser des visites dans cette région où la civilisation a commencé » - pour reprendre une idée de l’assyriologue américain Samuel Noah Kramer – a déclaré Hubert Debbash, PDG de Terre Entière, lors de l’ouverture de la filiale en compagnie de l’ambassadeur de France à Bagdad, Boris Boillon.

Bien que le tourisme soit reconnu par les autorités irakiennes comme une source précieuse de revenus, le secteur ne connaît pas encore un développement significatif. Malgré de relatives améliorations de la sécurité dans le pays depuis 2008, agences et touristes restent prudents.

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque