Un incendie a détruit une grande partie des œuvres de l’artiste Helio Oiticica

Par LeJournaldesArts.fr · lejournaldesarts.fr

Le 20 octobre 2009

RIO DE JANEIRO (BRESIL) [20.10.09] – Un incendie a détruit des centaines d’œuvres d’Helio Oiticica, dans la nuit du 15 octobre. La collection a pris feu dans son ancien atelier, dévastant 90 % des œuvres détenues par sa famille. Les pertes sont estimées à 200 millions de dollars.

La collection d’Helio Oiticica (1937-1980) a été ravagée par les flammes dans la nuit du 15 octobre, et des centaines d’œuvres ont été anéanties. Le frère de l’artiste, l’architecte César Oiticica, responsable de la collection, a indiqué à la presse brésilienne que 90 % des œuvres ont été détruites.
La Folha de Sao Polo relate que l’incendie a duré plus de quatre heures, dans l’atelier de la maison de la famille Oiticica à Rio.
Les causes de l’incendie restent inconnues, et le frère de l’artiste a déclaré qu’aucune substance inflammable n’était conservée dans cette partie de la demeure.

Des questions ont immédiatement été soulevées concernant la bonne conservation des œuvres dans une propriété privée. Martin Grossman, directeur du Centre Culturel de Sao Polo s’est ému de cette perte irrémédiable : « c'est désastreux. Un fait de plus qui montre la fragilité de la relation entre public et privé. Pourquoi les familles ont-elles tant de pouvoir sur l'héritage d'un artiste ? » . José do Nascimento, directeur de l’IBRAM (institut brésilien des musées) a demandé un rapport sur les conditions de conservation de la collection.

La collection était conservée jusqu’à il y a peu au Centre d’art Helio Oiticica de Rio, inauguré en 1996. Suite à un conflit d’ordre financier et technique, la famille Oiticica, héritière de la collection, avait rapatrié une grande partie des œuvres dans la demeure familiale, d’après le site O Globo.

Helio Oiticica reste célèbre dans le monde entier pour ses « Parangolès », sortes de tissus faits de multiples couches de plastique et de toile de jonc, aux motifs colorés, associés à l’univers de la danse brésilienne. Oiticica a également créé des installations dont la plus célèbre, Tropicalia (1967) a influencé le mouvement brésilien « Tropicalismo » .

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque