Vendredi 23 février 2018

Un bilan 2009 très positif pour la lutte contre le trafic d'œuvres d'art en Italie

Par LeJournaldesArts.fr · lejournaldesarts.fr

Le 18 janvier 2010

ROME (ITALIE) [18.01.10] – Les policiers de la protection du patrimoine culturel italien ont rendu leur bilan d'activités pour l'année 2009 : une chute spectaculaire de la criminalité en matière de patrimoine culturel, et plus de 165 millions d'euros d'œuvres d'art et d'antiquités saisies. Un résultat en partie attribué à une coopération accrue avec les grandes organisations internationales.

Le 14 janvier, les policiers du Comando Carabinieri Tutela Patrimonio Cultural (CCTPC) ont rendu un bilan d'activités pour 2009 qui a réjoui le ministère de la Culture italien.
Une diminution des vols de biens culturels de près de 14,5 % , avec une baisse significative des vols dans les musées ( - 29%), une chute drastique des fouilles clandestines recensées (de 238 en 2008 à 58 en 2009) et une augmentation spectaculaire de personnes inculpées pour trafic d'œuvres d'art ( 426 %) : les carabiniers n'ont pas chômé en 2009.

Si le Latium reste la région la plus dangereuse avec 137 vols recensés, la Toscane et la Lombardie arrivent respectivement en deuxième et troisième position (107 et 106). Les collectionneurs seront plus en sécurité dans le Val d'Aoste, où seuls deux vols ont été répertoriés en 2 ans.

La valeur des biens culturels saisis en 2009 est estimée à 165 millions d'euros. Environ 8 000 objets ont été rendus aux policiers du CCTPC, retrouvés en dehors du sol italien. Les différentes enquêtes ont souligné que l'Italie était un carrefour international du trafic d'œuvres d'art, et le CCTPC a réaffirmé la nécessité de travailler en collaboration avec les agences internationales, tel Interpol.

Le rapport souligne toutefois une croissance exponentielle du trafic de biens culturels via Internet, une situation à laquelle les policiers sont encore peu habitués. Des dizaines de milliers d'objets ont été saisis par le CCPTC après leur enregistrement sur des sites de ventes en ligne surveillés par les policiers, mais ce mode de transaction reste encore peu contrôlé par les autorités.

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque