Mercredi 19 décembre 2018

TV / Radio : La sélection du JDA - 2 décembre 2016

Par Sarah Belmont · lejournaldesarts.fr

Le 2 décembre 2016 - 589 mots

PARIS [02.12.16] – L’anniversaire des 30 ans du Musée d’Orsay est l’occasion de diffuser de nombreux documentaires et émissions sur l’ancienne gare et son exposition du moment.

Parmi les émissions de France Culture, on retiendra samedi Une vie, une œuvre, de 16h à 17h, qui rediffuse « Édouard Manet ou la peinture mise à nue » une sélection de tableaux commentés tour à tour par Henri Cueco, Jean-Michel Alberola, Eduardo Arroyo, et Bernard Zürcher. Si tous s'accordent sur le génie de Manet, le galeriste souligne cependant, par exemple, les incohérences d'Un bar aux Folies Bergères. Et l'artiste espagnol d'ajouter « il est allé en Espagne pour trouver Goya, et il est tombé sur Velasquez ». Pour Alberola, « Manet c'est clair, limpide ». De son côté, Cueco voit Le Balcon comme une « anti-fenêtre », où dominent le noir et le blanc. De 19h à 19h30, Marie-Hélène Fraïssé se penche, dans Tout un monde, sur la réception des peintres orientalistes en compagnie du conservateur Stéphane Guégan, qui s'appuie sur cinq œuvres du Musée d'Orsay pour expliquer la richesse de ce courant longtemps dédaigné.

Les célébrations se poursuivent dimanche, sur le petit écran. À 17h35, Arte présente « Second Empire, le Pouvoir en scène », qui offre un panorama complet du règne de Napoléon. Ce documentaire de Laurence Jourdan s'apparente à un diaporama de tableaux accompagné d’un flux de faits historiques. L'approche se veut 100 % chronologique. Il est question de Winterhalter, qui a su « honorer le raffinement de ce règne narcissique » ; de Carpeaux, de son ascension à la cour impériale, du scandale provoqué par sa représentation de la danse sur la façade de l'Opéra Garnier ; de l'intérêt de Napoléon pour la photographie, « fer de lance de la modernité qu'il (voulait) voir associée à son règne » ; des Expositions Universelles de 1855 et 1867 ; des rétrospectives Ingres et Delacroix, tous deux réduits aux étiquettes de classique et de romantique ... Autant de points de repères, dont l'énumération peut s'avérer, à la longue, plus fastidieuse qu'instructive.

Plus tôt dans la matinée, à 9h25, La galerie France 5 aura adopté un format plus vivant. Le reportage de Bruno Ulmer commente également l'exposition « Spectaculaire Second Empire ». On y retrouve certains mots clefs, comme cet « éclectisme » que reflètent les 440 pièces actuellement présentées. Une voix féminine accompagne le va-et-vient des transporteurs supervisés par Hubert Le Gall. On reconnaît le timbre familier de Rebecca Manzoni. Le récit du montage s’échappe souvent dans des digressions. La narratrice revient ainsi sur l'achat d'un manuscrit recensant les noms de ceux qui contribuèrent à l'acquisition de L'Atelier du peintre. Le roulement des 70 000 œuvres conservées en réserve se voit aussi comparé au jeu des « chaises musicales ». D'autres parenthèses s'ouvrent et se ferment sur la politique de prêts d'Orsay, la fascination des Coréens pour l'impressionnisme, la donation de Marlene et Spencer Hays... Le documentaire s'intéresse enfin à l'architecture du musée et à l'entrée, dans ses collections, d'une toile de Dominique Papety.

Sur France 5, toujours, dimanche, à 22h35, il faut guetter « Entre deux mai 1968-1981 : Les artistes et la politique ». Même si elle privilégie les écrivains, les musiciens, et les comédiens, cette enquête comporte de nombreux témoignages très enrichissants. Seule Niki de Saint Phalle expliquant son « désir d'écraser (avec ses nanas) le sexe mâle » représente les arts plastiques. Peut-être le deuxième volet de cette série documentaire réserve-t-il une place plus importante aux peintres, sculpteurs, et plasticiens. À vérifier, le week-end prochain.

Légende photo

Postes de radio et de télévision vintage - Source Photo Pexels - 2015 - Licence CC0

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque