Vendredi 28 février 2020

Sotheby’s bouscule à son tour son calendrier new-yorkais

Par Éléonore Thery · lejournaldesarts.fr

Le 29 janvier 2016 - 466 mots

NEW YORK (ETATS-UNIS) [29.01.16] - Sotheby’s va annoncer le regroupement pendant la même semaine de ses ventes new-yorkaises d’art impressionniste, moderne et contemporain. En écho à une initiative similaire prise par sa rivale l’an dernier.

Sotheby’s va révéler un nouveau calendrier pour ses grandes ventes de printemps de New York. Alors que traditionnellement, la société organisait ses vacations d’art impressionniste et moderne la première semaine de mai, et celles d’art contemporain la suivante, elle a prévu de regrouper l’ensemble de ses ventes du 9 au 12 mai. Les œuvres seront présentées au public dans une seule et même exposition dès le 29 avril.

La décision, dont les équipes de Sotheby’s n’ont été informées que très tardivement, a été prise par le tout nouveau département d’art impressionniste, moderne et contemporain formé mi-janvier. A sa tête avaient été nommés en duo Amy Cappellazzo (ex-directrice du département d’art contemporain de Christie’s) et Allan Schwartzman, dont la jeune société de conseil Art Agency, Partners venait d’être rachetée par Sotheby’s pour la somme de 85 millions de dollars.

Pourquoi ce bouleversement de calendrier ? L’auctioneer indique que ce changement « reflète le marché d’aujourd’hui et est une réponse à l’évolution du goût des grands collectionneurs ». Ce mouvement de cross collecting est dans l’air depuis quelques temps, et c’est Christie’s qui l’avait initié la première en regroupant dès le printemps dernier l’ensemble de ses ventes, et en organisant en sus sa vente thématique Looking forward to the past, qui mêlait tout le XXe siècle.

Mais le contexte est plus tendu que ne le laisse entendre la déclaration de Sotheby’s. La pression des actionnaires, et notamment du hedge funder Dan Loeb, est aujourd’hui à son maximum. La décision a été prise pour gagner des parts de marché sur Christie’s qui reste largement en tête dans le domaine de l’art contemporain, malgré un recul en 2015. Sans doute est-ce aussi une façon d’anticiper la baisse du nombre d’œuvres disponibles, et celle des volumes de ventes, entamée au deuxième semestre 2015 et qui devrait se poursuivre en 2016.

La décision soulève pourtant un certain nombre de questions. Tout d’abord, entre les ventes de Christie’s, de Sotheby’s et de Phillips, cette semaine harassante ne va-t-elle pas créer un sentiment de surexposition pour des collectionneurs trop sollicités ? « L’an dernier, la dernière vente, consacrée à l’art impressionniste et moderne a moins bien marché, les collectionneurs étaient fatigués » a remarqué Thomas Seydoux, art advisor. Aussi présenter plus d’un millier d’œuvres en une semaine est une véritable gageure pour les maisons de ventes elles-mêmes. « Cela demande beaucoup de travail, le poids est pesant pour les équipes » ajoute le conseiller.

De son côté, la maison de François Pinault a annoncé les dates de ses vacations traditionnelles, mais aucune vente avec commissaire n’est pour l’instant programmée.

Légende photo

Entrée du siège social de Sotheby's, New York © Photo Nathaniel Ziering - 2006 - Licence CC BY-SA 2.0 

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque