Vendredi 24 janvier 2020

Quatre musées de Crimée poursuivent le Musée Allard Pierson d’Amsterdam

Par Cléo Garcia · lejournaldesarts.fr

Le 28 novembre 2014 - 602 mots

AMSTERDAM (PAYS-BAS) [28.11.14] – Des centaines d’artefacts scythes prêtés début 2014 par quatre musées de Crimée n’ont pas été restitués par le musée néerlandais qui ne sait pas à qui les rendre, l’Ukraine ou la Russie. Les musées prêteurs ont décidé d’entamer des procédures judiciaires.

Quatre musées de Crimée ont annoncé dans un communiqué avoir déposé une plainte collective « auprès d'un tribunal néerlandais », le 19 novembre 2014, à l’encontre du Musée Allard Pierson d'Amsterdam. Ils réclament que celui-ci leur « restitue leur collection ». Cette demande concerne près de six cent artefacts, prêtés au début de l’année 2014 pour l’exposition « Crimée : or et secret de la mer Noire » sur l’or des Scythes qui s’est tenue dans ce musée archéologique hollandais du 7 février au 31 août 2014.

Le Musée Allard Pierson dans l’embarras
Dès mars 2014, le musée amstellodamois s’interrogeait sur les conditions de restitution des objets. L’exposition venait tout juste de commencer quand le rattachement de la péninsule de Crimée à la fédération de Russie a été signé, le 18 mars 2014. A qui les objets devront-ils, au terme de l’exposition, être rendus ? A la Russie ou à l’Ukraine? Le musée se retrouve pris au piège, d’autant plus que ce rattachement n’est pas reconnu par la plupart des pays européens ni par les Etats-Unis. La situation est complexe : les contrats de prêts, conclus directement auprès des musées de Crimée, indiquent clairement que les objets appartiennent au fonds national du patrimoine ukrainien. Cependant, ils font l’objet de revendications de la part de la Russie et de l’Ukraine. Dans l’embarras, l’établissement décide, peu avant la fin de l’exposition programmée pour le 18 mai 2014, de prolonger celle-ci jusqu’au 31 août, retardant ainsi sa décision en espérant que d’ici là, un accord soit conclu entre les deux partis ou qu’un juge se prononce sur le différend.

En juin 2014, le ministère de la Culture ukrainien indiquait dans un communiqué que le ministre néerlandais des Affaires étrangères avait reconnu les objets prêtés au Musée Allard Pierson comme la propriété de l’Etat ukrainien. En juillet 2014, la Crimée menaçait de saisir la Cour internationale si l’or Scythe exposé en Hollande était restitué à l’Ukraine.

Des objets « pris en otage »
« A présent, la question n'est pas de savoir qui aura la collection des antiquités : la Russie ou l'Ukraine. La question est de savoir si les trésors archéologiques reviendront dans leur lieu d'origine : la Crimée », ont indiqué les quatre musées dans un communiqué commun, convaincus que « les musées de Crimée sont les propriétaires légaux des objets exposés ». Larisa Sedikova, directrice déléguée d’un musée prêteur de Sébastopol avait indiqué en septembre 2014 qu’il était « naturel, logique et conforme au contrat signé entre les musées que toutes les pièces d’expositions soient retournées après la fin de l’exposition ». Les musées de Crimée déplorent une « prise d’otages » de pièces de musées vieilles de plusieurs siècles dans la tourmente d’un conflit politique.

Une plainte officielle ?
Le Musée Allard Pierson assure de son côté que, s’il a bien reçu une plainte, celle-ci n'a pas encore été déposée devant un tribunal et exige avant toute réaction de sa part une procédure officielle. Le tribunal d'Amsterdam a indiqué ne pas avoir reçu de plainte à ce sujet, rapporte l’AFP. Il reste néanmoins possible que l’assignation ait été déposée auprès d’un autre tribunal néerlandais.

En septembre 2014, dix-neuf œuvres, dont un heaume de cérémonie datant du IVe siècle avant Jésus-Christ, prêtées par un musée de Kiev, avaient été restituées au Musée des Trésors historiques d’Ukraine dans lequel elles furent ensuite réexposées.

Légende photo

Pièce scythe exposée durant l'exposition « La Crimée : or et secrets de la mer Noire » - Musée Allard Pierson - Amsterdam - www.allardpiersonmuseum.nl

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque