Vendredi 14 décembre 2018

Collection

Le voile se lève sur l’Origine du monde

Le Courbet qui appartenait à Jacques Lacan est exposé à Orsay

Par Le Journal des Arts · Le Journal des Arts

Le 1 juillet 1995 - 405 mots

Avec L’origine du monde, le Musée d’Orsay s’enrichit d’un tableau peu banal qui, plus d’un demi-siècle après avoir été peint par Courbet, fait encore scandale. Au printemps 1994, quelques petites ligues de vertu s’étaient insurgées à Clermont-Ferrand et à Besançon contre ce sexe féminin peint en gros plan. L’œuvre de Courbet ornait la couverture d’un roman : les défenseurs des bonnes mœurs exigeaient – en vain – auprès de la police le retrait du livre de la vitrine des libraires.

PARIS - Propriété du psychanalyste Jacques Lacan et de sa femme Sylvia, L’origine du monde est entrée dans les collections nationales par le biais désormais classique d’une dation, en paiement de droits de succession. Jacques Lacan est décédé en 1981, sa femme en décembre 1993. Secret fiscal oblige, le nom de son ancien et célèbre co-propriétaire n’est pas mentionné officiellement, le musée se bornant à signaler une "ancienne collection X" (sic).

La toile (46 x 55 cm) avait été peinte en 1866 pour le diplomate Khalil Bey, venu s’installer à Paris après avoir été ambassadeur de Turquie à Athènes, puis à Saint-Pétersbourg. Khalil Bey s’était rendu chez Courbet, où il avait découvert dans son atelier Vénus poursuivant Psyché que le Salon annuel venait de rejeter pour "indécence saphique". Ne pouvant acquérir la toile, Khalil Bey commande au peintre une autre "vision de sérail". Courbet peint Le sommeil (Paris, Musée du Petit-Palais), parfois également titré : Les dormeuses ou Paresse et luxure.

L’ancienne amante de Whistler, Jo l’Irlandaise, modèle de la "paresseuse" rousse, pose quelque temps plus tard pour L’origine du monde. Khalil Bey achète aussitôt le tableau. Dans sa collection, il rejoint le Bain turc d’Ingres, autre vue de harem. L’Oriental a coutume de dérober à la vue des envieux ses biens les plus précieux : chez lui, L’origine du monde est dissimulée derrière un voile de couleur verte. Elle était sous clef, cachée par un panneau représentant un château sous la neige.

Khalil Bey vend sa collection en 1868, et L’origine du monde passe entre diverses mains : l’antiquaire De La Narde, puis le baron hongrois François de Hatvany qui l’achète chez Bernheim Jeune… En 1955, Jacques Lacan et Sylvia Bataille – elle était la femme de l’écrivain Georges Bataille, avant de devenir celle du psychanalyste – l’achètent à parts égales. Informée sur le dispositif originel de dissimulation de l’œuvre, Sylvia Bataille avait demandé à André Masson de peindre un panneau "protégeant" le tableau.

Thématiques

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°16 du 1 juillet 1995, avec le titre suivant : Le voile se lève sur l’Origine du monde

Tous les articles dans Patrimoine

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque