Samedi 22 février 2020

Le Musée Gustave-Moreau fête son centenaire

Pour célébrer cet anniversaire, le cabinet de réception de l’artiste est dévoilé au public après sa reconstitution

Le Journal des Arts

Le 29 août 2003 - 723 mots

Ouvert au public le 14 janvier 1903, le Musée Gustave-Moreau, à Paris, fête cette année son centième anniversaire. Un événement salué par la réouverture du salon de réception du peintre, cabinet de curiosités moderne où Moreau conservait ses souvenirs d’Italie, et par l’exposition “Mythes et chimères�?, qui réunit au Musée de la vie romantique une centaine d’œuvres graphiques de l’artiste symboliste (lire l’encadré).

PARIS - “Gustave Moreau, si jaloux de son originalité, savait à ses heures se révéler un copiste génial [...]. Ses amis, ses visiteurs, rares privilégiés, se souviennent du décor de son cabinet de réception, dans lequel, fièrement et modestement, son glorieux nom ne s’offrait à lire qu’au-dessous de belles et charmantes répliques”, écrivait Robert de Montesquiou dans Altesses sérénissimes (1907). Restée confidentielle pendant près d’un siècle, cette pièce ouvre à nouveau ses portes à l’occasion du centenaire du Musée Gustave-Moreau. Faisant office à la fois de bureau et de salon de réception, elle fut aménagée dans la maison familiale des Moreau, rue de La Rochefoucauld  à Paris (9e arr.). Les travaux commencèrent en 1895, date à laquelle l’artiste (1826-1898), préoccupé depuis toujours par le devenir de son œuvre, décida de transformer l’édifice en musée. Il chargea l’architecte Albert Lafon des travaux d’agrandissement. Deux grands ateliers (reliés par le célèbre escalier en spirale), une galerie et le studiolo furent construits. C’est dans ce cabinet de curiosités moderne, conservant à la fois des copies exécutées en Italie, une collection d’antiquités et des livres rares, que Moreau reçut ses élèves (Matisse, Rouault, Marquet, Manguin...) et passa les dernières années de sa vie.

Véritable musée dans le musée
Depuis son ouverture en 1903, le Musée Gustave-Moreau a subi peu de modifications et a conservé, conformément au testament du peintre, ce “caractère d’ensemble qui permet toujours de constater la somme de travail et d’efforts de l’artiste pendant sa vie”. Le cabinet de réception a cependant connu un sort différent. Utilisé comme bureau par différents directeurs du musée, son papier peint a été changé et l’accrochage des peintures modifié. L’état originel de la pièce a pu être restitué grâce à l’inventaire après décès du peintre. Très détaillé, celui-ci a permis à Marie-Cécile Forest, directrice du musée, et à Luisa Capodieci, spécialiste italienne de Gustave Moreau, de rétablir la disposition première des objets et des œuvres. “Le plus dur a été le choix du papier peint, explique l’historienne de l’art. Il s’est fait à partir d’une photographie en noir et blanc, seul document visuel encore à notre disposition.” Sa couleur brique s’allie harmonieusement à celle des fauteuils, dont la garniture a été recréée par la manufacture Prelle, et rappelle la teinte des céramiques conservées dans le cabinet, parmi lesquelles deux imposants cratères apuliens.
Selon une muséographie très XIXe siècle, les murs sont recouverts de tableaux, copies d’après les grands maîtres réalisées lors du second séjour de Moreau en Italie, entre 1857 et 1859. Entrepris librement, après son double échec pour le Prix de Rome (en 1848 et 1849), ce Grand Tour permit à l’artiste d’affirmer son style, encore très marqué par Chassériau, et de se replonger aux sources de la peinture d’histoire, qu’il cherchait alors à renouveler. En témoignent son superbe Putto d’après Raphaël (Académie de Saint-Luc, Rome), sa copie tout en transparence de l’ange peint par Léonard dans le Baptême du Christ d’Andrea Verrocchio (Galerie des Offices, Florence), ou encore sa série de répliques de L’Histoire de sainte Ursule et de La Légende de saint Georges d’après Carpaccio. À ces copies s’ajoutent des vues aquarellées de Rome et de la campagne alentour, qui révèlent les qualités de paysagiste de Gustave Moreau. Seules exceptions à cet hommage à l’Italie : deux répliques de portraits équestres (Charles Quint et Philippe IV) peints par Van Dyck et Vélasquez.
Financée par l’Association des amis du Musée Gustave-Moreau, la restitution du cabinet de réception – qui fait suite à la réouverture de l’appartement du premier étage en 1991 – semble annoncer de nouveaux réaménagements. Le rez-de-chaussée du bâtiment, dont les espaces sont actuellement occupés par la conservation et l’administration, de même que le jardin, aujourd’hui inaccessible, pourraient ainsi être rendus aux visiteurs au cours des prochaines années.

CABINET DE RÉCEPTION DE GUSTAVE MOREAU

Musée Gustave-Moreau, 14 rue de La Rochefoucauld, 75009 Paris, tél. 01 48 74 38 50, tlj sauf mardi 10h-12h45, 14h-17h15. À lire : Gustave Moreau, Correspondance d’Italie, éd. Somogy, 2002.

Dessins secrets du Musée Gustave-Moreau

Après la découverte du cabinet de réception de Gustave Moreau, les visiteurs sont invités à poursuivre leur incursion dans l’univers du peintre symboliste au Musée de la vie romantique. Situé à deux pas de la rue de La Rochefoucauld, dans le quartier mythique de la Nouvelle Athènes, l’hôtel Scheffer-Renan offre ses cimaises aux visions oniriques de l’artiste. Inédits ou peu connus, une centaine de dessins et d’aquarelles ont été sélectionnés parmi les quelque 13 000 œuvres graphiques que compte le Musée Gustave-Moreau. Dans l’ancien atelier du peintre et sculpteur Ary Scheffer (1795-1858), Pasiphaé, Polyphème et Œdipe ouvrent le parcours. Les petits formats à l’aquarelle, d’une grande fluidité, côtoient des feuilles de grandes dimensions, telles ces deux études pour Les Lyres mortes où quelques lignes suffisent à suggérer la composition. Matisse, qui fut l’un des élèves de Moreau, ne procèdera pas autrement dans Luxe, calme et volupté. L’étonnement le dispute au ravissement dans la salle suivante, qui rassemble les “palettes d’aquarelle�?. Ces feuilles avaient une utilité pratique – elles servaient au mélange des couleurs – mais également une valeur esthétique, puisque Gustave Moreau prit la peine de les conserver soigneusement. Elles illustrent l’intérêt du peintre pour les masses colorées, les lavis aléatoires et les jeux de transparence. “Une chose domine chez moi, écrivait-il, l’entraînement et l’ardeur la plus grande vers l’abstraction.�? Plus loin sont présentées des études à l’encre, au graphite et au fusain, où l’artiste figure parfois les ornements avec la précision du joaillier (Salomé dansant, dite Salomé tatouée, 1874). L’exposition s’achève sur des aquarelles éclatantes et lumineuses, ainsi l’éblouissante Dalila à l’ibis. - Gustave Moreau. Mythes et chimères. Aquarelles et dessins secrets du Musée national Gustave-Moreau, jusqu’au 9 novembre, Musée de la vie romantique, 16 rue Chaptal, 75009 Paris, tél. 01 55 31 95 67. Catalogue, coédition Paris-Musées/RMN, 160 p., 30 euros. À lire également : Geneviève Lacambre, Peter Cooke, Luisa Capodieci, Gustave Moreau. Les aquarelles, RMN, Somogy, 1998.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°175 du 29 août 2003, avec le titre suivant : Le Musée Gustave-Moreau fête son centenaire

Tous les articles dans Patrimoine

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque