Mercredi 21 février 2018

Metropolitan Museum de New York

Arts du sud et du sud-est de l’Asie : la forme sans le fond

Dix-huit nouvelles salles présentent mille trois cents œuvres

Le Journal des Arts

Le 23 juin 2010

Les nouvelles salles des arts du sud et du sud-est de l’Asie du Metropolitan Museum présentent des œuvres choisies en fonction de leurs « qualités esthétiques » plus que pour leur signification culturelle. Une approche qui peut sembler frileuse.

NEW YORK - Les nouvelles salles des arts du sud et du sud-est de l’Asie du Metropolitan Museum, financées par les mécènes Florence et Herbert Irving, ouvrent leurs portes le 13 avril. Mille trois cents œuvres d’art provenant d’une douzaine de pays, dont la plupart sont exposées pour la première fois, comprennent plus de cinquante pièces offertes par le couple Irving, qui a commencé à réunir sa collection voici vingt-six ans. Les fonds consacrés à l’ensemble du projet s’élèvent à dix millions de dollars (60 millions de francs).

Les dix-huit salles d’art asiatique ont été aménagées au deuxième étage du musée, à l’emplacement consacré autrefois aux expositions temporaires. Le parcours est organisé par étapes chronologiques et géographiques : il commence avec l’Inde, le Pakistan, l’Afghanistan et le Sri Lanka, pour passer au Népal, et au Tibet avant de conclure sur la Thaïlande, le Cambodge, le Vietnam, l’Indonésie et la Birmanie.

Pour le directeur du Metropolitan, Philippe de Montebello, "il s’agit de l’une des plus belles collections du monde occidental, dépassée seulement par le Musée Guimet à Paris pour les arts du Cambodge et du Vietnam". La rénovation des galeries a été confiée à une équipe interne au Metropolitan, dirigée par Jeffrey Daly, Metropolitan Museum Chief Designer. Contrairement aux musées français, l’institution américaine dispose de ses propres architectes et ne fait pas appel à des agences extérieures. Philippe de Montebello a assuré que les donateurs, les Irving, qui ont fait fortune dans les produits alimentaires congelés, n’ont pas influencé les choix architecturaux. "Je ne montre jamais les dessins et les maquettes aux donateurs, il y a une séparation totale entre donation et architecture", a-t-il affirmé à la presse. L’année dernière, le Metropolitan avait complètement réaménagé ses salles consacrées
à la peinture du XIXe siècle. Ces espaces – où est exposée en particulier la donation Walter Annenberg – affichent un net retour vers le style d’architecture cher au siècle dernier. L’ancien magnat de la presse avait été tellement conquis par cet écrin, qu’il avait accepté, en plus, de contribuer à son aménagement.

Pour les arts du sud et du sud-est de l’Asie, le Metropolitan a retenu une approche, somme toute très traditionnelle, s’expliquant sans doute par le peu d’importance accordé à la signification culturelle des objets et à leur fonction pratique. Un écueil qu’a évité la récente exposition du British Museum sur les divinités hindouistes : elle réunissait des pièces considérées comme des œuvres d’art par les collectionneurs occidentaux, et des objets culturels de communautés rurales, des dessins de mendiants et des photos de processions. L’ambition de l’ensemble présenté par le Metropolitan semble donc un peu trop restrictive.

William H. Luers, président du Metropolitan, évoque, comme il est de rigueur, le "multi-culturalisme" de New York, en soulignant la présence dans la ville de cent mille Indiens. Il aurait pu reconnaître que l’art d’Asie jouit actuellement d’un grand prestige, comme en témoigne le marché de Hong Kong. Le Metropolitan semble se satisfaire de suivre la tendance.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°2 du 1 avril 1994, avec le titre suivant : Arts du sud et du sud-est de l’Asie : la forme sans le fond

Tous les articles dans Patrimoine

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque