Mercredi 26 janvier 2022

Livre - Photographie

Photographie

Ruines de Koudelka

Par Colin Lemoine · L'ŒIL

Le 24 novembre 2020 - 158 mots

Pétra, Tivoli, Délos, Pergame, Palmyre, Carthage : depuis 1991, le Tchèque Josef Koudelka photographie en noir et blanc ces ruines qui, émaillant le bassin méditerranéen, expriment la fragilité d’un monde, mais aussi sa permanence, sa survivance, voire sa résilience.

Ruines, Joseph Koudelka, Xavier Barral/BnF
Ruines, Joseph Koudelka.
© Xavier Barral / BnF

Ce livre, qui n’est autre que le catalogue de l’exposition sise à la Bibliothèque nationale de France, accueille 170 panoramas, ornés de citations d’auteurs anciens, diligemment choisies. Amples, ces photographies ne cherchent pas pour autant à dire l’objective vastitude des lieux ni leur majesté romantique. Elles n’embrassent pas, elles fulgurent : les ombres tranchent, les détails éclatent et la lumière sculpte. Face à ces vestiges décantés, face à ces univers sans l’homme, face à ces chutes pétrifiées, Koudelka cherche moins la grâce que la lumière, celle qui exhume et qui incarne, celle qui infiltre ces espaces suffoqués pour calligraphier des formes dans le marbre et des silhouettes sur le sol. Photographier, étymologiquement, n’est-ce pas écrire avec la lumière ?

Josef Koudelka,
 
Ruines,
Xavier Barral/BnF, 368 p., 55 €.

Thématiques

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°739 du 1 décembre 2020, avec le titre suivant : Ruines de Koudelka

Tous les articles dans Médias

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque