Le Louvre comme on ne le voit jamais

L'ŒIL

Le 1 juillet 2006

Le Louvre est sous les feux de rampes ces temps-ci. Records de fréquentation, sortie en grande pompe du Da Vinci Code, le musée ne cesse de fasciner, de faire rêver le public. La Vie secrète du Louvre surfe sur ce succès en proposant un ouvrage à part, qui se penche sur ce que l’on ne voit jamais.
Le texte de Véronique Maurus (journaliste au quotidien Le Monde) et les photographies en noir et blanc de Jean-Christophe Ballot plongent le lecteur dans le Louvre secret des gardiens, des copistes, mais aussi des techniciens, des ingénieurs, des ouvriers qui font tourner cette gigantesque machine, des pompiers qui scrutent les salles en traquant les dangers qui pourraient menacer les chefs-d’œuvre du palais.
Les caves, les greniers, les passages secrets et les portes dérobées s’ouvrent ici pour faire découvrir le Louvre du côté de ceux qui y travaillent. Une visite passionnante et un très bel hommage aux équipes techniques qui font fonctionner cette institution où tout est « hors norme ». Quelques exemples : 16 hectares de plancher à entretenir, 67 000 lampes, 2 500 portes et autant de serrures, 8 000 détecteurs d’incendie, une centaine d’ascenseurs… L’ancien palais, devenu musée, est aussi une vraie ville.

Véronique Maurus et Jean-Christophe Ballot, La Vie secrète du Louvre, La Renaissance du livre/Le Monde, 2006, 108 p., 29,50 €.

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°582 du 1 juillet 2006, avec le titre suivant : Le Louvre comme on ne le voit jamais

Tous les articles dans Médias

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque