Samedi 24 février 2018

Primatice

Le bâtisseur

Le peintre et décorateur de la Renaissance était aussi architecte

Par Sophie Flouquet · Le Journal des Arts

Le 9 juin 2010

Il existe, au château de Fontainebleau, un petit chef-d’œuvre d’architecture encore largement méconnu.

Ouverte sur le jardin anglais – qui était à l’époque un jardin méditerranéen – à l’extrémité sud-ouest du château, une grotte de la Renaissance a survécu aux outrages du temps, avant d’être dénaturée par plusieurs restaurations hasardeuses. Sur les trumeaux situés entre ses trois arcades, des captifs sculptés, qui ne sont pas sans rappeler les esclaves de Michel-Ange, émergent des bossages dans un traitement rustique à la mode au XVIe siècle. Aménagée pour François Ier, elle est aussi l’une des rares interventions de Primatice (1504-1570) comme architecte à être parvenue jusqu’à nous. C’est tout du moins l’attribution qui en est faite aujourd’hui par Sabine Frommel, spécialiste de l’architecture de la Renaissance et notamment auteur d’une monographie sur un autre Italien de la cour de France, Sebastiano Serlio.

Une lacune enfin comblée
Car aussi connu soit-il pour ses décors, l’architecte Primatice a longtemps été malmené par l’historiographie. Dans ses sommes sur l’architecture française, le grand spécialiste Jean-Marie Pérouse de Montclos a en effet occulté son rôle, malgré les mentions de Vasari dans ses Vite, suivi, en 1900, par Louis Dimier dans ce qui reste encore la dernière monographie complète consacrée à l’artiste. Et l’exposition présentée en 2004 au Musée du Louvre, « Primatice, maître de Fontainebleau », avait tout simplement négligé ce pan de son activité, chose étonnante pour un artiste qui a pourtant occupé la prestigieuse charge de surintendant des bâtiments du roi.
Publié sous la direction de Sabine Frommel et réunissant des contributions d’éminents spécialistes tels que Monique Chatenet et Jean Guillaume, Primatice architecte vient enfin compléter cette lacune dans la bibliographie sur l’artiste. L’ouvrage avait déjà été édité en 2005, mais en italien, et fait donc l’objet d’une heureuse traduction actualisée. Il faut reconnaître que le sujet est ardu, Primatice ayant laissé peu de traces : aucun dessin autographe et des bâtiments souvent inachevés ou disparus. Formé à Mantoue (Italie), sur le chantier du Palais du Té, par Jules Romain, Primatice arrive à Fontainebleau en 1532 pour travailler comme peintre et stucateur auprès de Rosso, qui meurt en 1540. Il y restera près de quarante ans.

Pour François Ier, Primatice sera aussi ordonnateur de fêtes et chargé des copies d’antiques avant de bénéficier, plus tard, de la bienveillance de Catherine de Médicis, qui le nomme surintendant en 1559. Contrairement à l’autre grand architecte de l’époque, Philibert Delorme (vers 1510-1570), issu du milieu du bâtiment, Primatice incarne la figure du « peintre architecte » et facilite la circulation des idées entre France et Italie. L’ouvrage s’attache à définir un corpus de bâtiments dû à son intervention, proposant de lui attribuer notamment la Rotonde des Valois (détruite) construite à l’abbaye de Saint-Denis et autrefois donnée… à Delorme. Si le sujet sera commenté par les spécialistes, les textes éclairent la difficulté à identifier son intervention sur des chantiers où les noms d’architectes se succèdent. La publication de cet important travail, avec les nouvelles assertions qu’il propose, rend d’autant plus nécessaire la révision des synthèses sur l’histoire de l’architecture française au XVIe siècle, qui semblent aujourd’hui bien datées.

SOUS LA DIRECTION DE SABINE FROMMEL (AVEC LA COLLABORATION DE FLAMINA BARDATI), PRIMACE ARCHITECTE,éditions Picard, 2010, 351 p., 65 euros (jusqu'au 31 juillet) puis 75 euros, ISBN 978-2-7084-8

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°327 du 11 juin 2010, avec le titre suivant : Le bâtisseur

Tous les articles dans Médias

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque