L’art au temps de Charlemagne

Par Le Journal des Arts · Le Journal des Arts

Le 16 décembre 2005 - 146 mots

Première présentation synthétique de l’art carolingien depuis la fin des années 1960, l’ouvrage de Jean-Pierre Canet offre une vision générale de la création du haut Moyen Âge, période annonçant les âges roman et gothique.

Prenant en compte de nouvelles données issues de l’archéologie paléochrétienne et des recherches menées autour des arts du « premier » haut Moyen Âge, il en renouvelle l’approche. Il évoque le règne de Pépin le Bref, dès le milieu du VIIIe siècle, analyse les œuvres produites sous Charles le Chauve dans les décennies 840-870, ou souligne l’importance du mécénat des hauts dignitaires.
Dans la même collection, les éditions Flammarion rééditent l’ouvrage sur l’architecture de la Renaissance, autour de grandes figures tels Brunelleschi, Raphaël ou Michel-Ange.

Jean-Pierre Caillet, L’Art carolingien, éd. Flammarion (coll. « Tout l’art »), Paris, 2005, 256 p., 35 euros, ISBN 2-08-011449-2. Chez le même éditeur, Frédérique Lemerle et Yves Pauwels, L’Architecture à la Renaissance, 256 p., 23 euros, ISBN 2-08-012235-5.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°227 du 16 décembre 2005, avec le titre suivant : L’art au temps de Charlemagne

Tous les articles dans Médias

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque