La Photographie contemporaine

L'ŒIL

Le 1 janvier 2003

Traiter de la photographie contemporaine semble au premier abord un pari fou. Depuis des années, un grand nombre d’auteurs s’y sont essayés sans succès. La raison ? Il existe aujourd’hui des aspects et des fonctions de la photographie qui paraissent incompatibles les uns avec les autres. Il n’y a pas si longtemps, la plupart de critiques refusaient de comprendre qu’il existait des photographes (du type photo-reporter), des artistes qui utilisent la photographie (comme les artistes conceptuels) et des artistes qui ont choisi la photographie comme outil d’expression (tel le Canadien Jeff Wall). Depuis quelque temps, une telle distinction ne semble plus aussi nécessaire, tant les passerelles se sont multipliées entre ces trois familles de créateurs rendant l’appréciation des pratiques photographiques souvent difficiles. Néanmoins, l’ouvrage que vient de rédiger Michel Poivert est une véritable réussite. Divisé en courts chapitres très abondamment illustrés, l’auteur examine les différentes fonctions de la photographie contemporaine. Les grands enjeux esthétiques (et éthiques) sont tour à tour analysés, décortiqués et remis en perspective. Qu’est-ce qui fonde l’objectivité ? Quelle est la fonction de l’information ? Comment le modèle pictural permet-il d’actualiser une image ? Quelle est l’importance d’une séquence, d’une série ? C’est à ces questions et bien d’autres encore que Michel Poivert tente de répondre. L’autre mérite de cet ouvrage réside dans sa parfaite connaissance du milieu français, actuellement riche de pratiques singulières.

Michel Poivert, La Photographie contemporaine, éd. Flammarion, 192 p., 280 ill., 35 euros.

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°543 du 1 janvier 2003, avec le titre suivant : La Photographie contemporaine

Tous les articles dans Médias

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque