Jeudi 13 décembre 2018

DITS

Par Marie Maertens · L'ŒIL

Le 1 juin 2004 - 385 mots

Sortie pour la première fois en septembre 2002, DITS, la publication du musée des Arts contemporains du Grand-Hornu traite tous les six mois d’un thème général à travers les textes d’historiens d’art, de journalistes mais aussi d’artistes. Cela permet à la revue « de ne pas être une leçon mais une introduction à un sujet de réflexion à travers de multiples possibilités d’approche », selon Laurent Busine, directeur de l’établissement. Si ce dernier a souhaité créer cette revue dès son arrivée au Grand-Hornu, c’est qu’il conçoit le musée comme un lieu où l’on brasse de l’intelligence et de la réflexion. Les lecteurs ont ainsi pu se pencher sur l’hybride, notamment à travers les travaux de Matthew Barney, le récit ou encore le simulacre. La revue ne suit pas les expositions en cours, mais il est amusant de savoir que ces thématiques pourraient servir un jour de source aux manifestations. Et si certaines digressions font parfois « un pas de côté » par rapport aux arts plastiques, comme la danse ou le théâtre, elles permettent finalement de mieux les aborder. Didactique, DITS réserve des pages au jeune public et chaque article se complète par un lexique expliquant des terminologies parfois trop complexes pour les non-initiés. Bien que certaines de ces définitions soient fort utiles à tous ! Le numéro 4, printemps-été 2004, parcourt un sujet d’actualité : les voyages. Des déambulations qui nous mènent de la Polynésie de Gauguin au nomadisme de Marcel Duchamp, en passant par le Land Art, le Mexique de l’historien d’art allemand Aby Warburg ou encore les déplacements quotidiens de l’artiste Christoph Fink. Cette revue ne veut pas donner de direction de lecture, mais désire provoquer un papillonnement intellectuel et rendre l’art intelligible à tous. Elle a cette qualité remarquable d’aborder des sujets tels que Baudrillard & le simulationnisme avec une clarté édifiante, le tout dans un format idéal qu’on se plaît à feuilleter, à lire, à poser, à reprendre. Quant au titre, choisi entre autres pour intriguer, rappelons qu’il s’agit d’un genre littéraire dont la définition est donnée sur la couverture : Petite pièce traitant d’un sujet familier ou d’actualité. Exactement ce que voulait faire Laurent Busine.
Il n’est pas non plus anodin de savoir qu’un recueil d’aphorismes de Picabia porte ce titre...

DITS, 18 euros, tél. 00 32 65 613 869.

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°559 du 1 juin 2004, avec le titre suivant : DITS

Tous les articles dans Médias

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque