De la théorie à la pratique

Sabine Frommel signe une monographie sur Sebastiano Serlio

Par Daphné Bétard · Le Journal des Arts

Le 25 octobre 2002

Essentiellement connu pour son traité d’architecture, Sebastiano Serlio (vers 1480-1554) est aussi l’auteur du majestueux château d’Ancy-le-Franc (Bourgogne), et du Grand Ferrare, à Fontainebleau. Magnifiquement illustré, l’ouvrage que lui consacre Sabine Frommel étudie plus particulièrement son rôle d’architecte praticien.

Né à Bologne entre 1475 et 1490, Serlio commence à travailler sous l’égide du peintre et architecte siennois Baldassare Peruz- zi, puis part à Venise où il publie en 1537 le premier livre de son célèbre traité, le Quarto Libro. Quatre ans plus tard, il s’installe en France, à la cour de Fontainebleau, en tant que “paintre et architecteur ordinaire du Roy”. François Ier lui confie divers projets, comme la rénovation du Louvre ou des retranchements militaires dans les Flandres, qui ne verront jamais le jour. Dans les années 1542-1545, Serlio passe enfin de la théorie à la pratique avec le Grand Ferrare à Fontainebleau, dont il ne reste aujourd’hui qu’un mur d’enceinte et un portail rustique, et le château d’Ancy-le-Franc. Pourtant, son rôle a trop souvent été réduit à celui d’un théoricien de l’architecture ; le château d’Ancy-le-Franc a d’ailleurs longtemps été attribué au Primatice. “L’objectif principal de la présente monographie est de rendre justice à l’architecte Serlio et de mieux cerner sa place dans l’histoire de l’architecture de la Renaissance, en Italie et en France”, précise son auteur, Sabine Frommel. “À l’origine, le but de ce livre n’était pas de passer en revue tout l’œuvre architectural de Serlio, mais de consacrer une monographie au château d’Ancy-le-Franc”, précise-t-elle.

Ancy-le-Franc a amené l’auteur à étudier plus largement l’architecture de la Renaissance italienne, les différences entre traditions françaises et ultramontaines – déterminantes pour le style de Serlio –, le rôle de ses protecteurs français, sa formation et sa personnalité. Il en ressort une étude exhaustive que viennent enrichir quantité de dessins, gravures, plans ainsi que de magnifiques photographies, réalisées par Georges Fessy, qui soulignent au mieux les subtilités architecturales du château bourguignon.

Des modèles français et italiens
Le château d’Ancy-le-Franc réunit des caractéristiques propres aux villas et palais italiens, mais aussi aux châteaux français. La cour d’honneur, avec ses parois articulées d’arcades ou les appartements placés dans les angles des bâtiments, suivent un modèle italien, tandis que l’appareil militaire du château, dont le soubassement est garni de meurtrières, relève de la tradition française. Le contraste créé par l’ardoise bleu-noir de l’immense toit et la pierre calcaire lumineuse des murs, n’est pas sans rappeler les châteaux français de la Renaissance tels Écouen et Villandry. Mais, à la différence de ces deux constructions, la façade d’Ancy-le-Franc obéit à un principe hiérarchique particulier à Serlio : la mise en valeur systématique du premier étage, le piano mobile, dans la composition de la façade. Ce procédé est appliqué dans les moindres détails ; les fenêtres du rez-de-chaussée sont ainsi ornées d’un simple encadrement alors que celles de l’étage sont couronnées d’une véritable corniche. Cette règle correspond à l’association d’axiomes contradictoires : la diminution de la hauteur des étages successifs, compensée par l’enrichissement du décor et l’augmentation de la hauteur des fenêtres au fur et à mesure de l’élévation. Ce jeu d’opposition entre rétrécissement de niveaux et agrandissement des fenêtres se retrouve dans la majestueuse cour intérieure du château. Celle-ci superpose les styles corinthien et composite tandis que la façade extérieure emprunte au dorique. Déjà, dans le Quarto Libro, Serlio considérait les cinq ordres antiques – le toscan, le dorique, l’ionique, le corinthien et le composite – comme thèmes fondamentaux de l’architecture nouvelle.

L’ouvrage de Sabine Frommel évoque ensuite les travaux du Grand Ferrare, à Fontainebleau, et d’autres projets exécutés pour François Ier (plans pour le Louvre) ou pour la famille Dinteville (Pavillon de l’Officialité à Auxerre). L’auteur rappelle combien l’œuvre de Serlio a participé à l’épanouissement de l’architecture française en érigeant les bases d’une profonde mutation du langage architectural.

- Sabine Frommel, Sebastiano Serlio, architecte de la Renaissance, éditions Gallimard, Paris, 2002, 436 pages, 75 euros. ISBN 2-07-011721-9

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°157 du 25 octobre 2002, avec le titre suivant : De la théorie à la pratique

Tous les articles dans Médias

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque