Jeudi 19 septembre 2019

Sélection

Claude Monet en toutes lettres

Par Maureen Marozeau · Le Journal des Arts

Le 6 octobre 2010 - 793 mots

Les publications sur le peintre se sont multipliées à l’occasion de l’exposition qui lui est dédiée à Paris.

La rétrospective majeure consacrée à Claude Monet, aux Galeries nationales du Grand Palais, à Paris (lire page 10), a mis le monde de l’édition en ébullition. Hormis les rééditions d’ouvrages de référence, la nouvelle offre de publications d’auteurs francophones souligne l’absence cruelle de nouveaux spécialistes français du peintre, et reflète le désintérêt universitaire du sujet. Aussi le catalogue de l’exposition parisienne s’impose-t-il comme l’ouvrage incontournable de la saison. On savait Michel Draguet, directeur des Musées royaux des beaux-arts de Belgique et du Musée Magritte à Bruxelles, spécialiste du symbolisme. Aussi ne l’attendait-on pas à la rédaction d’un beau livre sur les Nymphéas auquel il insuffle ses pensées contemplatives. L’ouvrage massif propose 36 dépliants allant jusqu’à plus d’un mètre de largeur et reproduisant une cinquantaine de détails des grandes décorations de Giverny. Cet addendum au catalogue raisonné des Nymphéas, paru il y a deux ans chez Flammarion, est à réserver aux amateurs de craquelures. Dans un registre plus scientifique, l’historienne de l’art et spécialiste de l’estampe Ségolène Le Men a compilé une somme biographique, étoffée de superbes reproductions, qui s’attarde notamment sur les débuts de caricaturiste du peintre.

Pour tous les goûts
L’écrivain Marianne Alphant, à qui l’on devait déjà un ouvrage sur Monet et le paysage, s’est penchée sur la série des Cathédrales de Rouen, et raconte avec justesse le choc de cette rencontre entre le peintre et son sujet, avec en prime la retranscription d’un article de Georges Clemenceau, intitulé « Révolution des cathédrales » paru dans La Justice en 1895. Pour en savoir plus sur les liens qui unissaient le patriarche de Giverny et le Tigre, la biographie croisée d’Alexandre Duval-Stalla retrace les destins de ces deux caractères bien trempés, qui s’étaient connus jeunes adultes dans le quartier latin, à Paris, pour mieux se retrouver trente ans plus tard. Un récit largement basé sur la correspondance entre les deux complices, qui n’évite cependant pas certains clichés sur Monet corrigés par l’exposition du Grand Palais (comme celle qui ne le voit peindre en atelier qu’à partir de 1915). Plus originale, car empruntant une approche scientifique, l’enquête très personnelle du journaliste et auteur Vincent Noce sur l’eau comme sujet d’obsession du peintre est, a contrario, étayée par ses rencontres avec plusieurs spécialistes. Sur un ton plus intime, l’historien d’art Pascal Bonafoux s’épanche, lui aussi, sur le « peintre de l’eau » qu’était Monet. (Se) posant moult questions sur les intentions du peintre, il cite, in extenso, les protagonistes de l’époque, au travers d’articles de presse et de correspondances. Pour une approche plus technique, voire scolaire, de l’œuvre de Claude Monet, les non-initiés pourront se référer à l’ouvrage d’Isabelle Cahn dans la série pédagogique « Comment regarder… ». Selon une organisation thématique, la centaine de tableaux sélectionnés est pourvue de clés de lecture pour saisir au mieux la méthode de l’artiste. Les aventuriers n’hésiteront pas à se saisir des deux guides compilés par Jean-Paul et Anne Crespelle pour partir sur les traces de Monet et découvrir les sites qu’il a immortalisés. Et, pour finir sur une touche légère et gourmande, l’arrière petit-fils de la seconde épouse du peintre, Alice Hoschédé, Philippe Piguet nous ouvre les secrets de la cuisinière en chef de Giverny, avec un fac-similé de son carnet de recettes manuscrites, où figure notamment le fameux bœuf berrichon servi à 11h30 tapantes. Il y en aura pour tous les goûts !

COLLECTIF, CLAUDE MONET 1840-1926, éd. RMN, 2010, 384 p., 300 ill., 50 euros, ISBN 978-2-7118-5687-9

MICHEL DRAGUET, LES NYMPHÉAS. MONET GRANDEUR NATURE, éd. Hazan, 2010, 228 p., 100 ill., 170 euros, ISBN 978-2-7541-0504-0

SÉGOLÈNE LE MEN, MONET, éd. Citadelles & Mazenod, 2010, 416 p., 184 euros, ISBN 978-2-8508-8330-9

MARIANNE ALPHANT, CLAUDE MONET – CATHÉDRALE(S) DE ROUEN, éd. Point de vues, 2010, 96 p., 28 euros, ISBN 978-2-9155-4854-9

ALEXANDRE DUVAL-STALLA, CLAUDE MONET-GEORGES CLEMENCEAU : UNE HISTOIRE, DEUX CARACTÈRES, éd. Gallimard, coll. « L’infini », 2010, 304 p., 21 euros, ISBN 978-2-0701-3122-8

VINCENT NOCE, MONET, L’OEIL ET L’EAU, éd. RMN, coll. « L’inattendu », 2010, 240 p., 12 euros, ISBN 978-2-7118-5783-8

PASCAL BONAFOUX, MONET, PEINTRE DE L’EAU, éd. Chêne, 2010, 176 p., 30 euros, ISBN 978-2-8123-0312-8

ISABELLE CAHN, COMMENT REGARDER… MONET, éd. Hazan, coll. « Guide des arts », 2010, 224 p., 18 euros, ISBN 978-2-7541-0168-4

ANNE ET JEAN-PAUL CRESPELLE, OU TROUVER MONET ET LES IMPRESSIONNISTES À PARIS ET EN ÎLE-DE-FRANCE et OU TROUVER MONET ET LES IMPRESSIONNISTES EN NORMANDIE, éd. Hazan, 2010, 128 p. et 96 p., 15 euros l’exemplaire, ISBN 978-2-7541-0447-0 et 978-2-7541-0446-3

PHILIPPE PIGUET, À LA TABLE DE MONET, éd. Biro, 2010, coffret contenant un livre de 40 p. (26 ill.) et un fac-similé détachable de 40 p. (28 ill.), 25 euros, ISBN 978-2-3511-9085-2

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°332 du 8 octobre 2010, avec le titre suivant : Claude Monet en toutes lettres

Tous les articles dans Médias

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque