Jeudi 13 décembre 2018

Cartier-Bresson, négatif-positif

Une étude sur l’œuvre, des Carnets Mexicains

Le Journal des Arts

Le 1 décembre 1995 - 599 mots

Claironnant \"un regard neuf tant sur (l’œuvre d’Henri Cartier-Bresson) que sur l’art des reporters photographes dont il se réclame\", mais s’en tenant à la sacralisation de HCB sans analyser l’œuvre de qui que ce soit ; entre trop peu (ce qu’on savait sur HCB) et beaucoup trop (de la redondance), il y a de la marge pour le nécessaire et le suffisant.

Voilà, nous l’avons : Flammarion publie une étude attendue sur l’œuvre (photographie, peinture, dessin) d’Henri Cartier-Bresson, apparemment autorisée par celui que l’on sait réticent à l’égard de toute glose de la photographie, et de la sienne en particulier. Eh bien, voilà de la glose, débordante de vocabulaire savant, de supputations oiseuses, de comparaisons lénifiantes, d’appels du pied à peine dicibles : à propos d’une photographie sur laquelle on voit le pied nu d’HCB, "on pense à Rimbaud, poète-piéton". Puis, "on songe à Blaise Cendrars", on songe à Pierre Reverdy, on pense à Malherbe, on pense aux Joueurs des Le Nain.

L’auteur, agrégé de lettres, convoque son monde à propos de n’importe quoi : Bergson, Aragon, Althusser, Jankélevitch, Hugo, Levinas, Platon, Proust, Valéry, Alain, Leiris, Artaud, Freud, Levi-Strauss, etc. avec la volonté de tout justifier et de voir des rapprochements partout. Mais de nouveauté, point ; l’ouvrage de 300 pages pille allègrement le livre de Peter Galassi, et n’est basé que sur les écrits et les paroles connues d’Henri Cartier-Bresson, commentées, resoulignées, sacralisées, et sur un pot-pourri (admirable !) de citations-découpages de presque tout ce qui a été publié sur la photographie en France depuis vingt ans.

Le style est pompeux : la photographie, "principe d’intellection face au devenir", "fusion corporelle dans un espace-temps d’une intensité jamais approchée", ou "en art, l’intention d’émouvoir émeut peu" ; quelques noms de photographes sont écorchés (Bragalia, Munkasci, Class) et l’auteur suppose que le célèbre pianiste Brailowsky dont le nom figure sur une affiche dans Saint-Lazare, 1932 (couverture du livre !) serait un nom de cirque, d’où il tire une digression sur l’arène, les acrobates et les lions !!!

Un partage de retrouvailles
Les 289 illustrations sont déjà connues (à part quelques dessins et peintures). Et ce pensum porte un titre qui se veut sans doute poético-énigmatique : L’art sans art d’Henri Cartier-Bresson (comment l’entendez-vous ?), allusion au tir à l’arc, pratique zen elle-même paradigmatique de l’acte photographique (mais y-a-t-il acte en photographie, etc.). Une somme ? plutôt un summum… L’art, l’intelligence, le style, l’apport d’Henri Cartier-Bresson, ne sont pas en cause ici. Mais un tel livre dessert la cause à laquelle il s’attache. On aurait dû suivre ce conseil de Roland Barthes (dans le livre) : pour "faire parler l’image dans le silence", "retirer [la photo] de son bla-bla ordinaire".

Les admirateurs d’Henri Cartier-Bresson se consoleront avec un petit livre modeste, bien fait, agréable, subtil, Carnets Mexicains, 1934-1964. Principe simple : rapprocher (et mélanger) les photographies faites en 1934 et une série de 1964. Bonne maquette, bien imprimé, texte court de Carlos Fuentes, qui emprunte aux photographies pour surligner une identité mexicaine.

Entre les débuts d’Henri Cartier-Bresson (1934) dans un pays qui visiblement lui permet une mise au point, et le retrait du photoreportage (il quitte Magnum en 1966), ce livre offre plus qu’un jeu de piste chronologique et stylistique : c’est un partage de retrouvailles, un partage de maturation ; et une bonne idée, bien réalisée (les photographies de Carnets mexicains sont également visibles au Centre national de la photographie).

Jean-François Montier, L’art sans art d’Henri Cartier-Bresson, Flammarion, 328 p., 289 ill., 495 F, Prix Nadar 1995. Texte de Carlos Fuentes, Carnets Mexicains, 1934-1964, Hazan, non paginé, [54 photos], 150 F.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°20 du 1 décembre 1995, avec le titre suivant : Cartier-Bresson, négatif-positif

Tous les articles dans Médias

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque