Mark Leckey remporte le Turner Prize

Par LeJournaldesArts.fr · lejournaldesarts.fr

Le 2 décembre 2008

LONDRES (ROYAUME-UNI) [02.12.08] – L’artiste britannique Mark Leckey remporte le Turner Prize, une récompense qui semble ne plus remuer la scène artistique et culturelle d’Outre-Manche comme « au bon vieux temps ».

'Cinema-in-the-round'Mark Leckey

Créé en 1984, le Turner prize serait-il « mort dans l’eau » comme le souligne David Lee, éditeur du magazine The Jackdaw ?

Le Turner Prize a été attribué lundi à Mark Leckey pour son exposition Cinema-in-the-round, « une méditation spirituelle sur la nature du film dans la culture populaire » explique le Guardian.
Considéré comme l’un des plus grands prix récompensant un artiste contemporain, le Turner Prize laisse désormais sceptique les critiques d’art de la capitale anglaise. Le prix a pour certains perdu la vigueur et la force transgressive de sa jeunesse, évanouie dans un chaos de créations aseptisées.
The Independent ajoute que les œuvres proposées ont à peine soulevé un murmure : un film sur la vaisselle brisée, un mannequin assis dans une laverie, Félix le chat et autres photo-collages. « Il devient une gêne. Je suis juste fatigué de cette médiocrité qui nous est présentée comme si c’était le summum de la réussite » a poursuivi David Lee.

Le jury est également accusé de ne pas porter de vrai jugement, d’être d’accord avant même de commencer. « Le prix est devenu une référence qui valide les artistes et leur permet de se distinguer sur la scène britannique » explique Sarah Thornton, auteur de Sept jours dans le monde de l’art. Face à ces virulentes critiques, le gagnant du Turner Prize 2008 a accusé la presse de ne chercher qu’à être choquée, aveuglée par des artistes comme Damien Hirst et Banksy. « Mais le monde dans lequel je vis n’est pas comme ça » a-t-il dit.

Ce ne sont pas les artistes, mais les critiques qui ont fait vibrer cette année les murs de la Tate, qui organise la remise de ce prix. « Cette année fut exsangue, académique et silencieuse » a conclu Laura Cumming dans The Observer.

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque