Vente d’œuvres d’art pillées par les nazis à Vienne

Une décision du gouvernement autrichien au bénéfice de la communauté juive

Le Journal des Arts

Le 1 février 1996

Une association israélite de Vienne va vendre aux enchères une collection de neuf cents œuvres et objets d’art pillés par les nazis, et conservés depuis 1955 par le gouvernement autrichien dans le monastère de la ville de Mauerbach. La vente sera assurée par Christie’s au mois d’octobre, vraisemblablement dans l’un des musées de la capitale autrichienne.

NEW YORK (de notre correspondant) - Les quelque neuf cents œuvres d’art pillées par les nazis, et entreposées depuis quarante ans dans le monastère de Mauerbach, comprennent surtout des tableaux de genre et des toiles académiques du XIXe siècle, dont la dispersion ne devrait rapporter que 3 à 4,5 millions de shillings (entre 1,5 et 2,2 millions de francs). Mais l’important n’est pas là : cet accord officiel marque, en effet, une nouvelle étape dans la restitution des œuvres et objets d’art pillés durant la Seconde Guerre mondiale.

Pour permettre la vente, le gouvernement autrichien a transféré la propriété de ces œuvres à l’Israelitische Kultusgemeinde Wien. Cette association israélite viennoise constituera une fondation pour redistribuer le produit des vacations à diverses associations caritatives : 88 % iront à des institutions juives et 12 % à des organismes non-juifs, en proportion des victimes des spoliations nazies. Un comité international – qui pourrait être dirigé par Ronald Lauder, le nouveau président du Museum of Modern Art de New York – décidera du mode de répartition annuelle des fonds "aux victimes de l’Holocauste et à leur descendants". De plus, une partie du produit des enchères servira à entretenir les 80 000 tombes du cimetière juif de Vienne.

Dans un musée viennois
Selon Robert Liska, vice-président de l’association israélite viennoise, la vente sera organisée à Vienne même, "parce que ce lieu s’impose d’un point de vue historique". Sept mille juifs environ vivent aujourd’hui en Autriche, contre plus de trente mille avant la guerre. Mais ce choix est également motivé par des considérations commerciales. En effet, comme la majeure partie des pièces mises en vente sont des œuvres d’art allemand et autrichien du XIXe siècle, et non des judaïca, Liska ajoute : "Christie’s pense que la clientèle d’Autriche et d’Allemagne du Sud sera intéressée."

Le lieu exact de la vente n’est pas encore déterminé, mais la communauté juive cherche un bâtiment officiel qui puisse lui donner le maximum de relief : "Nous négocions avec plusieurs musées publics, avec le soutien des autorités autrichiennes", déclare Robert Liska.

Christie’s organisera la vente sans percevoir la commission du vendeur, tandis que les frais d’organisation et de promotion seront pris en charge par l’association israélite, moyennant une commission sur les ventes.

"Sotheby’s et le Dorotheum avaient offert les mêmes conditions, ajoute Robert Liska, mais il nous a semblé que Christie’s était plus enthousiaste."

Une opération délicate pour Christie’s
Vendre des œuvres marquées par l’Holocauste pourrait se révéler périlleux pour Christie’s, avertit Willi Korte, observateur chevronné des problèmes de restitution. La maison de vente a déjà consulté des experts en communication pour l’aider à "piloter" la vente vis-à-vis de l’opinion publique. D’après lui, les œuvres proposées ne sont "pas extraordinaires, et il faudra gonfler les enchères." Mais pour certains collectionneurs, le fait que ces objets aient été aux mains des nazis pourrait rehausser leur valeur.

Selon Willi Korte, "le gouvernement autrichien ne s’est guère montré soucieux de la provenance des œuvres : il a été tacitement admis, et de façon assez cynique, que les propriétaires d’origine n’avaient pu être identifiés, puisque tués par les nazis." Mais Korte s’attend à ce que les revendications de propriété se multiplient dès la publication des catalogues, lorsque les ayants droit des propriétaires spoliés prendront connaissance des objets mis en vente.

De son côté, Robert Liska assure que l’association a "la pleine garantie du gouvernement autrichien sur les biens qui lui ont été transférés. Nous n’avons récupéré aucune des œuvres qui faisaient l’objet d’actions en justice. Seules nous ont été données les pièces qui étaient à 100 % propriété du gouvernement autrichien." Pourtant, quelques-unes d’entre elles font actuellement l’objet de réclamations auprès des tribunaux de Vienne. Et plusieurs avocats autrichiens assurent même que la restitution de certaines œuvres est sollicitée par une vingtaine de demandeurs différents.

Le fruit d’une longue campagne de sensibilisation

Les trésors accumulés par les nazis – destinés notamment au musée monumental qu’Hitler rêvait de construire à Linz, sa ville natale – ont été récupérés par les troupes alliées en 1945, et regroupés à Munich. En 1955, les Alliés ont restitué à l’Autriche 8 500 œuvres et objets d’art, à la condition que ces pièces, ou le produit de leur vente, profitent "aux victimes des persécutions des puissances de l’Axe", si les propriétaires légitimes n’étaient pas retrouvés dans les dix-huit mois.

L’Autriche, qui se considérait elle-même comme une victime, a d’abord entouré de secret les œuvres ainsi récupérées, jusqu’à ce que le gouvernement soit contraint de publier dans la presse une liste des biens "en déshérence". Néanmoins, chaque fois qu’une revendication de propriété était présentée, les tribunaux autrichiens exigeaient un tel ensemble de preuves que bien peu d’objets ont pu être rendus à leurs propriétaires. Il était par ailleurs impossible de visiter les dépôts.

Après 1972, l’Autriche s’est adjugée l’entière propriété de toutes les œuvres restantes et les a réparties entre les divers musées et bâtiments officiels de la République, jusqu’à ce que la presse internationale relate dans le détail ces pratiques choquantes. L’accord récemment conclu entre les pouvoirs publics autrichiens et l’association présidée par Robert Liska est l’aboutissement d’une campagne de sensibilisation menée depuis plus de dix ans.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°22 du 1 février 1996, avec le titre suivant : Vente d’œuvres d’art pillées par les nazis à Vienne

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque