Dimanche 8 décembre 2019

Maison de ventes Galerie de Chartres

Salut poupées !

Le 3 décembre 2011

Par Armelle Malvoisin · L'ŒIL

Le 17 novembre 2011 - 318 mots

À Chartres, cette traditionnelle vente de poupées retrace l’histoire de ce jouet, des modèles en bois du XIXe siècle jusqu’aux fabrications en Celluloïd en vogue entre les deux guerres, en passant par l’âge d’or de la belle poupée française en porcelaine (1870-1900). De cette époque, on notera un beau et rare petit bébé Bru (vers 1880), maison réputée pour la finesse de son biscuit (est. 7 000 euros) et un petit bébé Jumeau (1880-1885), marque plus courante (est. 1 500 euros). « Les petits modèles comme ceux-ci (28 et 25 cm) sont très recherchés, car les collectionneurs ont de moins en moins d’espace », note le commissaire-priseur Jean-Pierre Lelièvre, spécialiste du sujet. Comptez 4 000 euros pour une grande poupée Jumeau (67 cm) de la grande époque industrielle (vers 1890) et 3 000 euros pour son modèle intermédiaire standard (36 cm), en robes d’origine. Complément indispensable, des vêtements et accessoires de poupées, parfois offertes nues, viennent compléter cette vacation de plus de 400 lots.

Petit mannequin de 27 cm, la poupée Bleuette (est. 600 euros pour une édition de 1920) fut un must dans la première moitié du XXe siècle. Elle est appréciée des nostalgiques qui cherchent aussi à compléter sa garde-robe représentant un demi-siècle de mode (est. 100 à 500 euros la tenue complète). Éditée par Gautier-Languereau jusqu’en 1950, la Bleuette fut offerte aux abonnées de l’hebdomadaire La Semaine de Suzette pour la première fois en 1905. Les réalisations en Celluloïd ont tout à fait leur place dans cette vente. Fabriqués entre 1930 et 1950, les bébés noirs SNF et Petitcollin (est. 100 euros), habillés d’un pagne en raphia et ornés de bijoux en perles, sont par exemple représentatifs de l’idée que l’homme blanc se faisait du petit Noir durant cette époque coloniale.

Voir 'Poupées de collection'

Le 3 décembre, maison de ventes Galerie de Chartres, 7 rue Collin-d’Harleville, 28000 Chartres, tél. 02 37 88 28 28, www.ivoire-chartres.com 

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°641 du 1 décembre 2011, avec le titre suivant : Salut poupées !

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque