Dimanche 15 septembre 2019

Questions à... Clarisse Lavergne

Restauratrice de peintures et objets polychromes, Paris

Par Armelle Malvoisin · L'ŒIL

Le 29 septembre 2010 - 179 mots

Quels problèmes de conservation pose l’art contemporain ?
Le premier souci vient du choix des matériaux divers que les artistes utilisent sans limites et sans se soucier forcément de leur conservation. Nous devons nous adapter dans le but de garder l’effet recherché par l’artiste. Nous utilisons parfois d’autres médiums que ceux traditionnels, en gardant à l’esprit qu’une bonne restauration doit rester réversible et stable. Connaître l’environnement d’une œuvre (pièce humide, fumée de cigarette, lumière directe…) nous permet aussi d’agir plus efficacement. Une seconde difficulté tient à l’interaction des matériaux entre eux. Nous manquons de recul pour voir leur évolution dans le temps.

Quels conseils donneriez-vous à un collectionneur ?
Je lui recommanderais de s’équiper d’appareils peu coûteux mesurant la température d’une pièce (autour de 19 °C) et le taux d’humidité dans l’air (de 50 % à 60 %). Il est préférable de connaître un bon professionnel pour parer aux futurs problèmes de conservation. D’ailleurs, de plus en plus de collectionneurs font appel à nous pour le diagnostic d’une œuvre d’art avant achat, incluant le cas échéant un devis d’intervention.

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°628 du 1 octobre 2010, avec le titre suivant : Questions à... Clarisse Lavergne

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque