Mardi 11 décembre 2018

Art moderne

Picasso superstar

Les ventes d’art moderne de New York ont battu de nouveaux records, Picasso en tête

Par Armelle Malvoisin · Le Journal des Arts

Le 12 mai 2010 - 505 mots

Le tableau de Picasso Nu au plateau de sculpteur a atteint le prix record de 106,5 millions de dollars à New York le 4 mai.

NEW YORK - Un tableau de Pablo Picasso vient de battre le record pour une œuvre d’art en vente publique qui avait été établi il y a trois mois par L’Homme qui marche I (1961) d’Alberto Giacometti, vendue 65 millions de livres sterling (74,2 millions d’euros) le 3 février à Londres chez Sotheby’s. En neuf minutes, le 4 mai chez Christie’s, les enchères sont passées de 58 millions de dollars (l’enchère d’ouverture) à l’adjudication de 106,5 millions de dollars (80,5 millions d’euros) pour l’huile sur toile Nu au plateau de sculpteur, exécutée par Picasso en 1932 et estimée 70 millions de dollars.

Le tableau, qui représente la muse et maîtresse de l’artiste, Marie-Thérèse Walter, avait été acheté par Sidney Brody  en 1950 auprès du marchand Paul Rosenberg pour 17 000 dollars. Depuis, il n’a été exposé qu’une seule fois en public en 1961.

L’identité de l’acheteur n’a pas été dévoilée. Au cours de cette vente, les 27 lots de la collection Brody ont trouvé preneurs pour 224,2 millions de dollars (169,5 millions d’euros), bien au-dessus des prévisions de 150 millions de dollars. Vendus à des prix très soutenus, trois bronzes de Giacometti caracolent de la deuxième à la quatrième place, derrière le Picasso.

Issus de la collection Brody, Grande tête mince, conçue en 1954 et fondue en 1955, et Le Chat, conçu en 1951 et fondu en 1955, ont été respectivement adjugés 53,3 et 20,8 millions de dollars (40,3 et 15,7 millions d’euros). D’une autre provenance, La Main de Giacometti, créée en 1947 et fondue en 1948, est partie à 25,8 millions de dollars (19,5 millions d’euros). Notons aussi un record pour Georges Braque avec La Treille (1953-1954), tableau de la collection Brody emporté pour 10,1 millions de dollars (7,6 millions d’euros), deux fois son estimation haute.

Malgré l’absence d’une collection phare, la vente de Sotheby’s du lendemain a connu un beau succès, avec 195,7 millions de dollars (149,5 millions d’euros) de produit de vente. Deux records mondiaux ont été établis pour Isamu Noguchi avec Undine (Nadja) vendu 4,2 millions de dollars (3,2 millions d’euros), et pour Salvador Dalí avec Spectre du soir sur la plage (1935) emporté pour 5,6 millions de dollars (4,3 millions d’euros). L’enchère la plus élevée est allée au tableau Bouquet pour le quatorze juillet (1919) d’Henri Matisse vendu 28,6 millions de dollars (21,8 millions d’euros), légèrement au-dessus de son estimation haute.

CHRISTIE’S, 4 MAI

Estimation : 260 à 360 millions de dollars (197 à 272 millions d’euros)
Résultats : 335,5 millions de dollars (253,8 millions d’euros)
Nombre de lots vendus/invendus : 56/13
Lots vendus : 81 %
Pourcentage en valeur : 86 %

SOTHEBY’S, 5 MAI

Estimation : 141 à 204 millions de dollars (108 à 155 millions d’euros)
Résultats : 195,7 millions de dollars (149,5 millions d’euros)
Nombre de lots vendus/invendus : 50/7
Lots vendus : 88 %
Pourcentage en valeur : 92 %

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°325 du 14 mai 2010, avec le titre suivant : Picasso superstar

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque