Samedi 17 novembre 2018

Les Français ont la cote

Le Journal des Arts

Le 12 septembre 2003 - 478 mots

Art Sales Index est réputé pour ses listes détaillées de résultats réalisés au cours de ventes aux enchères publiques, accessibles sur son site Internet. La société vient de publier un nouvel outil précieux pour tous les
marchands et collectionneurs, le Price Guide. Parmi les surprises, la forte augmentation de la cote d’artistes français comme Arman, Dufy, Estève ou Herbin.

LONDRES - Art Sales Index, société britannique spécialisée dans la compilation des résultats des ventes aux enchères, publie aujourd’hui un imposant volume, le Price Guide. Cet ouvrage propose pour chaque artiste une cote moyenne. Pour ceux dont plus de 20 œuvres ont été vendues en 2002, il fournit deux indices : le premier donne le pourcentage de progression de la cote sur une période de cinq ans ; l’autre donne le pourcentage de progression du prix moyen.
L’ensemble des artistes les plus appréciés en ventes publiques est plutôt hétéroclite ; certains relèvent de l’évidence et d’autres constituent de véritables surprises. Ainsi, la cote de l’artiste américain James Butterworth aurait augmenté de 699 % en tout juste cinq ans, tandis que le prix d’une œuvre sur papier de Paul Delvaux aurait bondi dans le même temps de 794 %. Le prix moyen pour le travail de ce dernier, toutes disciplines confondues, est aujourd’hui de 191 074 euros. Les autres fortes progressions concernent Aristide Maillol ( 201 %), Alberto Giacometti ( 156 %) et, l’un des rares artistes vivants, l’Allemand Gerhard Richter ( 202 %).
Le volume comprend une liste des “250 meilleurs artistes de 2002”, dont les prix ont progressé d’au moins 20 % cette seule année en comparaison de la période 1997-2001. Ces noms reflètent les parties en présence sur le marché : il est ainsi peu surprenant d’y trouver Ivan Aivazoffski, le dernier artiste “tendance” pour les “nouveaux Russes”, qui présente un progrès de 289 % en 2002. Le marché de l’art scandinave, moribond depuis longtemps, fait son retour, avec entre autres les belles prestations d’Asger Jorn ( 242 %), Ragnar Sandberg ( 173 %), Einar Jolin ( 164 %), et Fritz Thaulow ( 149 %).
Un autre secteur plutôt délaissé, l’art français d’après guerre, connaît lui aussi un nouvel élan avec Arman ( 199 %), Raoul Dufy ( 153 %), Auguste Herbin ( 140 %), Maurice Estève ( 129 %) et les œuvres sur papier de Léopold Survage ( 194 %).
À l’instar de la Bourse, tous les artistes ne “montent” pas, comme en témoignent les déclins de Maurice Utrillo (- 23 %), Anselm Kiefer (- 33 %), Édouard Vuillard (- 16 % pour les huiles et - 34 % pour les aquarelles) et Joos de Momper (- 16 %).

Hislop’s 2003 Art Price Guide for the World Art Market, 1376 p., 39,95 livres sterling 4 livres pour les frais postaux, soit env. 70 euros, ISBN 0-903872-765. Pour le commander : 44 1784 451 145 ou www.art-sales-index.com.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°176 du 12 septembre 2003, avec le titre suivant : Les Français ont la cote

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque