Vendredi 23 février 2018

Le Salon d’Auteuil remonte le temps

L'ŒIL

Le 23 juin 2008

Ils sont de la Rive Gauche comme Jacques Ollier ou Olivier Watelet. Leurs galeries sont situées Rive Droite comme celles de Bernard Steinitz, Jean-François Anne ou Gérard Orts. Ils viennent du Louvre des Antiquaires comme Florence de Voldère ou Xavier Pariente et Jean-Christophe Depieds. Ils sont cachés en province comme Jean-Claude Masson du Touquet ou Martine et Gérard Bareyre d’Agen. Une centaine d’antiquaires sont à nouveau réunis sous le chapiteau de l’hippodrome d’Auteuil

Plus de 300 pièces provenant d’une collection privée racontent cet aspect de l’histoire du temps. Si les calendriers existent déjà depuis l’Antiquité, l’usage des almanachs se propage à partir de l’invention de l’imprimerie en 1450. Ces petits livres profanes contiennent bien sûr le calendrier, des indications météorologiques ou astrologiques, et la liste des saints à commémorer. En 1582, le pape Grégoire XIII effectue une réforme radicale du calendrier Julien, toujours en usage depuis l’époque romaine, mais dont le défaut était de retarder chaque année de 11 minutes et 14 secondes par rapport au soleil. Depuis la fin du VIe siècle, où l’habitude avait été prise de fixer le début des temps à la naissance du Christ, jusqu’en 1582 le calendrier avait accumulé 11 jours de retard. C’est ce qui amena Grégoire XIII à trancher dans le vif. Il supprima ces 11 jours, en faisant suivre le 4 octobre par le 15, et institua le calendrier grégorien, dont les années bissextiles permettent de combler le retard. Au début du XVIIe siècle apparaît le calendrier mural, imprimé sur des feuilles de grandes dimensions ornées d’illustrations, des gravures à sujets historiques ou satiriques. Sous Louis XIV, ces estampes sont volontiers consacrées aux faits et gestes du roi Soleil. Les petits formats voient le jour au milieu du XVIIIe siècle. Formés de feuilles de papier collées sur un carton, ils sont rarement illustrés. En 1762, la ville de Paris jouit du premier service de distribution postale à domicile, grâce à la Petite Poste, un établissement privé, qui lance son almanach cette même année.
Le calendrier mural voit sa présentation évoluer sous l’Empire et la Restauration. Orné de gravures diverses, il donne des renseignements sur la Poste aux lettres et la Poste aux chevaux. C’est surtout à partir de la deuxième moitié du XIXe siècle que les progrès techniques permettent la mise en place d’une production industrielle. Les visiteurs peuvent compléter cette petite histoire du temps au fil des stands avec tous les instruments de mesure anciens, régulateurs, pendules, cartels, etc., qui font partie de la marchandise classique des antiquaires.

AUTEUIL, Salon des antiquaires de l’hippodrome d’Auteuil, 11-21 novembre, 11h-20h, nocturne le 8 novembre jusqu’à 22h.

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°511 du 1 novembre 1999, avec le titre suivant : Le Salon d’Auteuil remonte le temps

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque