Samedi 24 février 2018

Deux Delacroix à Drouot

Par Roxana Azimi · L'ŒIL

Le 12 novembre 2007

Si les dessins d’Eugène Delacroix émaillent souvent les ventes publiques, l’apparition de ses peintures constitue toujours un événement sur le marché.

Coutumiers des bonnes successions, les duettistes Beaussant-Lefèvre proposent le 10 décembre prochain deux « pépites » de l’artiste, issues de la collection Noufflard. Ces deux huiles ne relèvent pas de la veine orientaliste, la plus flamboyante en terme de prix, mais de son inspiration romantique et crépusculaire. On retrouve dans le petit Hamlet et Horatio au cimetière, peint en 1844, le thème shakespearien qui a durablement nourri l’œuvre de Delacroix.
On entrevoit dans la lumière vespérale, brossée en touches très libres, un avant-goût de l’impressionnisme. Offerte par l’artiste à sa « bonne amie » Marie-Élisabeth Boulanger-Cavé, cette huile sur papier marouflé sur toile a été prudemment estimée 500 000 euros. On peut sans hésitation
la mettre en parallèle avec Hamlet au cimetière de 1839, tableau de plus grande facture conservée au Louvre. Une multitude de dessins, aquarelles ou peintures réalisée entre 1825 et 1859 atteste de l’intérêt prononcé de Delacroix pour l’œuvre de Shakespeare en général et pour Hamlet en particulier. Une copie ancienne de la version Boulanger-Cavé, estimée 80 000 à 120 000 livres, n’avait pas trouvé preneur chez Sotheby’s en 1992. Un petit dessin baptisé Hamlet, Horatio et les fossoyeurs s’était vendu 1 600 dollars en octobre 1996 chez Christie’s.
Le second tableau de la vente, Étude de veste orientale, couvertures de missels et personnages d’après Goya, a transité par la vente de l’atelier Delacroix en 1864, puis celle du fameux collectionneur Philippe Burty en 1891, avant d’atterrir en 1908 dans la collection de la célèbre marchande d’art asiatique, madame Langweil. Caractéristique des savants bricolages de Delacroix, cette toile est proposée elle aussi pour une estimation raisonnable de 200 000 euros. Pour ne rien gâcher, ces deux tableaux, qu’on aurait pu imaginer offerts en dation, bénéficient de leurs passeports de sortie.

Drouot Richelieu, société Beaussant-Lefèvre, vente le 10 décembre, tél. 01 47 70 40 00.

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°553 du 1 décembre 2003, avec le titre suivant : Deux Delacroix à Drouot

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque