Mercredi 8 décembre 2021

Galerie

XXE SIÈCLE

Boetti intime

Par Henri-François Debailleux · Le Journal des Arts

Le 24 novembre 2021 - 578 mots

La Galerie Tornabuoni, spécialiste de l’art italien, expose des œuvres de cet artiste piémontais, documentant ainsi ses liens profondément tissés avec l’Afghanistan.

Paris. Les œuvres d’Alighiero Boetti (1940-1994) sont aujourd’hui reconnues, et notamment ses fameuses « Mappa » (ses cartes, voir ill.) et « Ricami » (ses damiers de lettres et de couleurs) qu’il a fait réaliser entre 1971 et 1994 par des brodeuses afghanes, selon leur méthode traditionnelle. Ces œuvres atteignent même des records de ventes (jusqu’à 4,5 millions de dollars). En revanche, on connaît moins le contexte dans lequel elles ont été produites, pourtant un élément clé de la démarche conceptuelle de Boetti. C’est tout l’intérêt de l’actuelle exposition qui, certes, ne présente qu’une trentaine d’œuvres, mais qui se concentre surtout sur les relations, jamais évoquées à ce point, que l’artiste a entretenues pendant plus de vingt ans avec l’Afghanistan. Car si on sait que Boetti a fait de nombreux voyages dans ce pays, qu’il y a vécu de longues périodes, qu’il avait même ouvert, avec sa femme Anne-Marie Sauzeau, un hôtel – le One Hotel –, à Kaboul, personne n’avait encore vu une aussi grande partie (environ soixante-dix pièces) des nombreux documents inédits – photos, lettres, listes, film… –, ici prêtés par Agata Boetti, sa fille, directrice des archives Boetti à Rome.

De fil en aiguille

Un grand texte, dès l’entrée, introduit l’exposition intitulée « Pensant à l’Afghanistan », du nom d’une série d’œuvres sur papier dont « Primo lavoro dell’anno pensendo all’Afghanistan », créée dans son atelier romain début 1990, à une époque où il lui est impossible d’y retourner, depuis l’invasion du pays par les Soviétiques en 1979. On peut y lire : « En 1971, je suis allé en Afghanistan avec l’idée de faire un tapis à partir d’un dessin de “La carte du monde”… Puis, j’ai découvert que le médium le plus populaire là-bas était la broderie, que les femmes utilisaient pour tout fabriquer. J’aimais le fait qu’aucune structure n’était nécessaire, seulement une aiguille et du fil. » Démarre alors un changement radical pour celui qui jusqu’alors avait plus ou moins appartenu au mouvement de l’Arte povera, aux côtés de Mariza Merz, Giulio Paolini, Michelangelo Pistoletto… Un changement qui va déterminer l’œuvre pour laquelle il est aujourd’hui reconnu. D’un mur à l’autre, le visiteur passe des lettres (les « Lavori Postali ») qu’il s’envoyait lui-même à son adresse romaine, en jouant avec la disposition des timbres, et qui ont fait de lui l’un des pionniers de l’art postal (la première date de 1972 !) à une tapisserie en noir et blanc évoquant la carte de l’Afghanistan, d’autant plus rare qu’elle est une œuvre charnière entre les « Tutto » et les « Mappa ». Plus loin, on découvre la photo de la fabrication d’une autre œuvre, celle qui a atteint 3,5 millions d’euros chez Sotheby’s à Londres, il y a un mois. D’autres clichés évoquent son amitié avec Gholam Dastagir, son collaborateur sur place qui organise les broderies à Kaboul, puis à Peshawar au Pakistan, où de nombreux Afghans se sont réfugiés après 1979. Ou cet autre lien, quasi fraternel, avec Salman Ali, qu’il fera venir à Rome.

Selon Michele Casamonti, le fondateur de la galerie Tornabuoni : « Ce n’est pas une exposition commerciale. Rien n’est à vendre pour le moment. Certaines pièces le seront peut-être par la suite. » De 10 000 à 100 000 euros pour les papiers et à partir de 25 000 euros pour les plus petites toiles, les prix correspondent à la cote de Boetti qui n’a cessé de s’envoler ces dernières années.

Alighiero Boetti, Pensant à l’Afghanistan,
jusqu’au 22 décembre, Tornabuoni Art Paris, 16, avenue Matignon, 75008 Paris.

Thématiques

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°578 du 26 novembre 2021, avec le titre suivant : Boetti intime

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque