Mercredi 12 décembre 2018

Les ventes aux enchères d’objets d’art ont baissé en Chine en 2012

Par LeJournaldesArts.fr · lejournaldesarts.fr

Le 7 mars 2013 - 461 mots

PARIS [07.03.13] – Selon le bilan annuel d’Artprice, le marché mondial des ventes aux enchères de « Fine art » a progressé de 6,1 % en 2012, en grande partie grâce aux Etats-Unis. Le marché chinois, en revanche baisse tout en restant toujours numéro 1.

Artprice vient de publier son bilan 2012 du marché mondial de l’art en coédition avec le groupe chinois Artron avec lequel elle vient de signer un partenariat. Après une forte hausse de 21 % en 2011, les ventes aux enchères publiques de « Fine Art » (beaux-arts), comprenant peintures, sculptures, dessins, photographies et estampes, ont enregistré une hausse de 6,1 % en 2012 avec un total de 12,27 milliards de dollars. Le produit des ventes aux enchères en Chine, qui conserverait toutefois sa place de numéro un du marché de l’art, baisse sans que l’on puisse l’évaluer précisément dans la mesure où Artprice a revu les chiffres 2011.

Le marché occidental (Amérique, Europe, Australie et Nouvelle-Zélande) a progressé de 5,5 %, avec des ventes totalisant 7,2 milliards de dollars. Cette hausse s’exprime en grande partie grâce à la bonne santé du marché de l’art américain, qui fait figure d’exception.

Les Etats-Unis font un bond de 21 % à 3,34 milliards de dollars en 2012. Ils se trouvent cependant à la deuxième place sur le marché de l’art, selon Artprice, avec une part de marché à 27 %.

Le marché de l’art européen, de son côté, accuse le coup de la crise persistante et baisse. Le Royaume-Uni, numéro trois du marché mondial avec 2,17 milliards de dollars de recettes annuelles, baisse de 2,9 % par rapport à 2011. Sa part de marché mondial perd du terrain et représente 18 % en 2012.

La France, toujours numéro quatre, reste très loin derrière, avec 4 % de part de marché. Son marché baisse également en 2012 de 3,4 %, à 505 millions de dollars.

Le recul de la Chine (sans que l'on puisse l'estimer précisément) « marque la fin d’une croissance explosive entamée en 2008 », le ralentissement d’un afflux important d’œuvres d’art haut de gamme, mais réside également dans l’opacité du marché chinois et son manque de régulation. Suite à son alliance avec Artron, Artprice s’est aperçue que ses chiffres sur le marché chinois en 2011 étaient un peu sous-estimés, tandis que « ceux d’Artron étaient nettement surestimés, notamment en raison d’un très fort taux d’impayés et de l’absence de réglementation », indique la société française.

La Chine a connu en 2012, son « pire taux d’invendus en cinq ans » avec 53,9 % contre 37 % en Occident, toujours selon Artprice, pour qui il y a eu un « assainissement général du marché chinois » en réponse aux « prix artificiellement gonflés de ces dernières années ».

Légende photo

Exposition « Yue Minjun », Times Square, Hong Kong 2008 - © Photo Moonkwan - 2008 - Licence CC BY-SA 3.0

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque