Jeudi 13 décembre 2018

Les remparts de la citadelle de Blaye menacés d’effondrement

Par Sarah Barry · lejournaldesarts.fr

Le 11 janvier 2013 - 399 mots

BORDEAUX [11.01.13] – Le site fortifié par Vauban, et inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco, risque de perdre une partie de ses remparts faute de moyens financiers dédiés à son entretien.

La municipalité de Blaye, en la personne du Maire Denis Baldès, a déclaré à l’AFP qu’elle ne disposait pas de fonds suffisants pour financer les travaux recommandés en première urgence et évalués à 2,5 millions d’euros, qui permettraient de renforcer la falaise sur laquelle reposent les fortifications conçues par Sébastien Le Prestre de Vauban (1633-1707) au XVIIe siècle. Des analyses scientifiques ont en effet mis en évidence une érosion de l’escarpement, mettant en danger 600 mètres des 3 kilomètres de remparts. Cette usure est le résultat des actions combinées du vent, de l’écoulement des eaux de pluie et de la végétation. « Par endroits les remparts surplombent le vide, la falaise s'est creusée sous eux », a signalé Denis Baldès à l’AFP.

La citadelle de Blaye est classée comme site majeur de la région Aquitaine, et bénéficie d’une inscription sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco depuis le 7 juillet 2008. Outre ses atouts architecturaux et géographiques, le complexe militaire présente un intérêt historique non négligeable : il fut voulu par Louis XIV comme place forte de l’estuaire de la Gironde, son aménagement fut supervisé par Vauban, grande figure de la poliorcétique qui cuirassa le royaume de France avec ses nombreuses enceintes fortifiées et la duchesse de Berry, Marie-Caroline de Bourbon-Sicile, y fut incarcérée de 1832 à 1833 après avoir comploté contre le roi Louis-Philippe pour mettre son fils sur le trône. Elle revint d’ailleurs sur les lieux près de vingt-cinq ans plus tard pour peindre une Vue de la forteresse de Blaye. Un site qui manifeste donc son importance dans divers domaines de l’histoire de l’art.

D’autres réparations, chiffrées à 1,5 million d’euros, ont déjà été engagées jusqu’en 2015 et sont co-financées par l’État, la région Aquitaine, la ville et la Fondation du Patrimoine (mécénat de Total). Blaye, commune de 5000 habitants, ne peut assumer économiquement une nouvelle campagne d’entretien et affirme être en contact avec la Direction des affaires culturelles, afin de trouver une issue convenable au problème. L’enjeu est de taille pour un site qui reçoit 400 000 visiteurs par an et qui a déjà vu se décrocher un bloc de plus de 15 m3 en 2011, sans toutefois qu’il n’y ait de victimes.

Légende photo

Citadelle de Blaye (Gironde) - © Photo Pinpin - 2006 - Licence CC BY-SA 3.0

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque