Vendredi 28 février 2020

Les rats sont-ils la cause de la désertification de l’Ile de Pâques ?

Par LeJournaldesArts.fr · lejournaldesarts.fr

Le 18 novembre 2009 - 402 mots

RAPA NUI (CHILI) [18.11.09] – Des équipes de chercheurs se livrent une bataille scientifique autour de la déforestation de l’Ile de Pâques. Le rôle des rats serait un des facteurs de la désertification de l’île : les rongeurs polynésiens auraient dévoré les racines et les fruits des arbres, bouleversant l’écosystème de Rapa Nui.

Quelles sont les causes de la désertification de l’Ile de Pâques ? Depuis quelques années, les archéologues ont laissé la place aux scientifiques sur le sujet. USA Today relate la bataille que se livrent les chercheurs par études interposées La dernière étude en date contredit une thèse selon laquelle les rats seraient une des causes de la déforestation de l’île dans les années 1500-1600 ap. J.-C.

En 2006, les recherches des américains Terry Hunt et Carl Lipo, de l’Université de Hawaî, ont bouleversé la chronologie de l’île. Publiée dans la très sérieuse revue Science, l’étude des analyses radiocarbones a montré que la première colonisation de l’île datait de 1200 ap. J.-C., bien après les précédentes datations.

En 2007, la même équipe a proposé une explication à la désertification impliquant les rats polynésiens, sur la base des traces ADN retrouvées sur des restes de palmiers. Ces rats auraient été amenés sur l’île par les premiers colons et auraient prospéré jusqu’à détruire la végétation en mangeant les noix de coco, les racines de palmier et les œufs des oiseaux.

Sans aucun prédateur pour réguler la population des rats, les rongeurs auraient dévoré toutes les graines des arbres, empêchant les végétaux de se reproduire. En parallèle, la population de Rapa Nui utilisait les arbres et les palmiers pour ériger les grands Moaïs.

Mais dans une nouvelle étude à paraître conduite par des chercheurs allemands de l’Université de Kiel, la thèse des rats est mise à mal. Andreas Mieth et Hans-Rudolf Bork ont étudié les restes de bois carbonisés de l’île et soutiennent que la déforestation a une cause unique, qui est humaine. Les habitants de l’île auraient utilisé la technique du brûlis sur plusieurs hectares.

Terry Hunt, interviewé par USA Today se défend en expliquant que les rats sont un des facteurs de la dégradation de l’île : « c’est tentant de ne considérer qu’une seule explication, soit les rats, soit les humains. Mais nous ne faisons que dire que les rats ont sûrement joué un rôle important sur l’Ile de Pâques. Blâmer les humains pour tout est trop facile » .

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque