Lundi 16 décembre 2019

Les Anglais s’affolent des peintures importées qui concurrencent les artistes de la place du Tertre

Par LeJournaldesArts.fr · lejournaldesarts.fr

Le 23 janvier 2009 - 369 mots

LONDRES (ROYAUME-UNI) [23.01.09] – Nos amis d’outre-Manche sont inquiets : l’import croissant de peintures de mauvaise qualité depuis l’Asie menacerait-il l’art séculaire des célèbres peintres de la place du Tertre ?

La place du Tertre %26copy; D.R.

Les quelques 300 peintres officiels de la place du Tertre sont menacés par les boutiques de souvenirs de Montmartre qui vendent des peintures importées d’Asie et d’Europe de l’Est, dont la qualité est aussi médiocre que le prix est bas, s’inquiète la BBC. Il faut dire que le marché est de taille : plus de 10 millions de visiteurs visitent Montmartre chaque année et beaucoup d’entre eux y achètent des peintures en guise de souvenirs.

Encore récemment, les peintres qui posaient leur chevalet sur la place du Tertre détenaient le monopole : dans un quartier qui a vu naître l’art de Matisse, Toulouse-Lautrec ou Picasso, les touristes se tournaient naturellement vers ces artistes légendaires, qui produisent des toiles « typiques » de Montmartre.

Mais les Anglais se font du souci : les boutiques de souvenirs du quartier vendent de plus en plus de tableaux importés, produits à la chaîne, et de bien piètre qualité. « Ces tableaux importés n’ont pas d’âme, mais leur coût est dérisoire comparé aux prix que nous pratiquons », déplore Pavlos Fassolis, un artiste grec installé place du Tertre depuis des années. Certaines de ces toiles importées sont mêmes constituées d’un dessin imprimé sur lequel les vendeurs passent quelques coups de peinture pour donner une touche d’authenticité, dénoncent les peintres. Les vendeurs ne s’en cachent même pas : « Ce n’est pas de l’art, c’est de la décoration », explique le responsable de l’une de ces boutiques. « A ce prix-là, vous ne pouvez pas vous attendre à plus ».

Que l’on se rassure, les touristes font de la résistance. « On doit faire quelque chose pour protéger les artistes » estime une touriste australienne. « L’art fait partie de l’ambiance générale de Paris et je pense qu’il serait dramatique que les artistes voient leur revenus diminuer » insiste une touriste britannique qui fait partie de ceux qui préfèrent acheter une « véritable » peinture à celles qui viennent de l’étranger. Et ce « même si elle n’est pas très bonne » précise l’article.

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque