Vendredi 14 décembre 2018

Le site antique de Nimroud serait reconquis par les forces irakiennes

Par Nathalie Eggs · lejournaldesarts.fr

Le 15 novembre 2016 - 503 mots

NIMROUD (IRAK) [15.11.16] – Les forces irakiennes auraient repris dimanche 13 novembre le contrôle de la cité antique assyrienne de Nimroud, située à une trentaine de kilomètres de Mossoul, dont l’Etat islamique avait entrepris la destruction en 2015. Des images satellites confirment que la ziggurat a été rasée.

L'armée irakienne aurait repris dimanche 13 novembre au groupe État islamique le site de Nimroud, considéré comme le berceau de l’humanité. « Des unités de la 9e division blindée ont totalement libéré Nimroud et ont levé le drapeau irakien sur les bâtiments », a affirmé dans un communiqué le Commandement des opérations, le général Saad Ibrahim, rapporte l’AFP. Aucun détail n’a en revanche été donné sur l’état dans lequel se trouve ce joyau de l'empire assyrien, fondé au XIIIe siècle av. J.-C et situé sur les bords du Tigre, à une trentaine de kilomètres au sud de Mossoul. D’ailleurs, le communiqué ne mentionne pas spécifiquement le site archéologique, distant d'environ un kilomètre du village qui porte le même nom.

Le site était depuis 2014 contrôle par le groupe État islamique (EI). En mars 2015, après la diffusion d'une vidéo de l'EI montrant des destructions au Musée de Mossoul, le ministère irakien du Tourisme et des Antiquités avait annoncé que les jihadistes avaient « commencé » à « détruire » Nimroud « avec des bulldozers ». La destruction du palais Nord-Ouest d’Assournazirpal II (883-859 av. J.-C) ainsi que de sculptures de pierre de l’ère néo-assyrienne avait ainsi été rapportée, puis confirmée dès le 11 avril 2015 dans une vidéo diffusée par l’EI, montrant des images non datées de jihadistes en train de détruire bas-reliefs et statues avant de le faire exploser. Le 3 juin 2016, des images satellites ont confirmé que le temple de Nabû, du nom du dieu babylonien du Savoir, des Arts et de l'Ecriture, vieux de 2 800 ans, avait été rasé, à une date néanmoins restée inconnue. « La destruction récente du temple Nabû est une nouvelle attaque délibérée contre le peuple irakien et contre les valeurs partagées de l’humanité » avait alors affirmé la directrice générale de l’UNESCO.

Des chercheurs de l’American Schools of Oriental Research Cultural Heritage Initiatives (ASOR CHI) viennent par ailleurs de confirmer la destruction au bulldozer de la ziggurat, édifice religieux mésopotamien à degrés, rapporte The National Geographic. Construit par le roi d’Assyrie Assournazirpal II à l’apogée de la cité - alors appelée Kalkhu (ou Kalhu) – la ziggurat servait de base à un temple (détruit depuis longtemps) et aurait été détruit entre la fin du mois d’août et le début du mois de septembre.

La reprise possible de Nimroud intervient dans le cadre d’une vaste offensive militaire lancée le 17 octobre par Bagdad et ses alliés pour reconquérir Mossoul, la deuxième ville d'Irak et le dernier bastion de l'EI dans le pays. Le 12 novembre, les forces d'élite irakiennes ont engagé d'intenses combats avec les jihadistes dans l'est de Mossoul. La reprise totale de Mossoul ne devrait cependant pas intervenir avant des semaines voire des mois.

Légende photo

Une des portes du côté nord du Palais nord-ouest (en 2007), avec ses statues de taureaux ailés, après restauration - site archéologique de Nimroud en Irak © Photo M.chohan - 2007 - Photo sous Licence Domaine public CC0 1.0

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque