Le Pissarro volé au musée Faure bientôt de retour en France après 30 ans d’absence

Par LeJournaldesArts.fr · lejournaldesarts.fr

Le 8 juin 2011 - 440 mots

NEW YORK (ETATS-UNIS) [08.06.11] – A New York, la Cour d’appel fédérale vient de se prononcer dans l’affaire United States v. Davis. Sharyl Davis, citoyenne américaine propriétaire du tableau de Pissarro qui fut volé au musée d’Aix-les-Bains dans les années 1980, a été condamnée à restituer le tableau à la France.

En novembre 1981, le musée Faure d’Aix-les-Bains était cambriolé. Deux de ses chefs-d’œuvre, un Pissarro et un Renoir, disparaissaient. En mai 2003, le Pissarro était retrouvé grâce à Interpol et Sotheby’s. Une enquête avait été ouverte en France puis un procès intenté aux Etats-Unis. En juin 2011, la justice américaine vient de statuer. La « propriétaire innocente » du monotype impressionniste doit le retourner au musée français.

L’affaire était complexe puisque la justice devait déterminer qui du musée français illégalement lésé ou du propriétaire américain injustement menacé devait conserver ladite œuvre. Tout cela dans le cadre d’une action en justice pour déchéance exercée à l’encontre de Sharyl Davis par les Etats-Unis. Le gouvernement américain espérant ainsi se voir confier les droits du monotype pour pouvoir le remettre ensuite à la France.

En première instance, le gouvernement américain était parvenu à prouver au jury que le monotype avait été volé puis exporté illicitement. En 2009, un premier jugement avait donc été rendu en sa faveur. Le juge ayant estimé que si Sharyl Davis était une « propriétaire innocente », l’œuvre devait toutefois être confisquée, car elle avait été introduite aux Etats-Unis en violation de la loi. Le juge avait alors retenu la motivation du gouvernement fondée sur la loi nationale sur les biens volés, laquelle incrimine la possession ou la vente de biens volés ayant une valeur de 5 000 dollars ou plus. En 2011, dans la décision d’appel, la défense du gouvernement a été reprise et les prétentions de la propriétaire rejetées.

Le marché aux poissons de Camille Pissarro avait été volé en 1981 par Emile Guelton. Ce dernier l’aurait ensuite vendu à une galerie texane, dont le directeur l’aurait lui-même cédé à son assistante, Sharyl Davis. Celle-ci en aurait alors fait l’acquisition pour 8 500 dollars, en 1985. Vingt ans plus tard, lorsque Sharyl Davis décide à son tour de se séparer de l’œuvre, la maison de ventes new-yorkaise Sotheby’s qui avait été mandatée pour la vente vérifie la provenance de l’objet et découvre que le monotype de Pissarro figure dans l’Art Loss Register. Sotheby’s en informe immédiatement le conservateur du musée, qui exige que le Pissarro soit retiré des enchères. Le monotype est alors saisi par la douane américaine. A cette époque, la ville d’Aix-les-Bains proposait la somme de 4 750 euros pour récupérer le tableau et dédommager son propriétaire.

Légende photo

Camille Pissarro - Le Marché aux poissons (1901) - © D.R.

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque