Vendredi 20 septembre 2019

Le musée d’Indianapolis remplace ses gardiens par des étudiants

Par LeJournaldesArts.fr · lejournaldesarts.fr

Le 1 octobre 2010 - 265 mots

INDIANAPOLIS (ETATS-UNIS) [01.10.10] – Le musée d’Indianapolis va renvoyer 56 agents de sécurité et les remplacer par une centaine d’étudiants et une patrouille de policiers. Cette mesure devrait permettre d’économiser 600 000 dollars par an (environ 440 000 euros).

Le musée d’Indianapolis vient d’annoncer son nouveau plan de sécurité, il comporte une profonde restructuration du personnel : 56 gardiens vont être renvoyés et remplacés par une centaine d’étudiants et 14 officiers de police. L’Indianapolis Business Journal rapporte que grâce à cette mesure le musée espère économiser 600 000 dollars par an (environ 440 000 euros). Cette restriction budgétaire fait suite à une diminution considérable des ressources du musée ; depuis la crise financière de 2008 le musée a connu une baisse de crédits d’environ 7 millions de dollars (environ 5 millions d’euros).

Les étudiants recrutés pour être « assistants de visites » vont être formés aux protocoles de sécurité et à l’accueil du public. Ils seront rémunérés pratiquement autant que les gardiens professionnels mais le musée ne devrait verser que 25% de leur salaire, le reste étant couvert par un fonds fédéral. La direction a expliqué la nécessité de doubler le nombre de surveillants du musée par la hausse de la fréquentation et la recrudescence des actes de vandalisme depuis l’ouverture, en juin 2010, du Virginia B. Fairbanks Art & Nature Park, un grand parc abritant des œuvres d’art contemporain attenant à l’institution.

L’Indianapolis Business Journal rapporte qu’une partie du personnel critique non seulement le licenciement de 56 employés mais également la présence de policiers armés.

En savoir plus sur le Indianapolis Museum of Art

Légende photo

Un gardien de musée (2010) © photographe Ludosane

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque